Claude Vigée

Cet ouvrage est issu d'une série d'émissions sur treize personnages bibliques, moins célèbres que les Patriarches, les Rois ou les Prophètes, que Claude Vigée a réalisées sur France-Culture avec Victor Malka, avec lequel il a déjà co-signé Le puits d'eaux vives, suite d'entretiens sur les Cinq Rouleaux, publié en 1993. Ces actants bibliques, en apparence de second plan mais qui ont en réalité joué un rôle essentiel dans l'histoire juive sont: Loth, Esaü, Aaron, Corah, Balaam, Amalec, Josuë, Rahav, Dvorah, Guid'ôn, Jonathan, Avigayil et La Femme vaillante célébrée dans le chapitre 31 des Proverbes. De ces personnages souvent ambigus et dont certains sont devenus dans la mentalité juive des symboles et des archétypes, Claude Vigée et Victor Malka ont réussi à dresser des portraits psychologiques et moraux tout en finesse, non dans le but de peindre des caractères mais de dévoiler en chacun d'eux un aspect trouble et profond de la condition humaine.

Les deux éxégètes se réfèrent essentiellement à l'herméneutique du Midrache en y mêlant une réflexion contemporaine qui tient compte des acquis de la psychanalyse freudienne et lacanienne, sans oublier le discours poétique qui, par sa saisie intuitive de la psyché, arrive à certaines vérités sur l'être qu'aucun concept ne saurait atteindre.

Les auteurs du Midrache, tels qu'ils sont réinterprétés par Vigée et Malka, ont rejeté tout manichéisme et toute visée moralisante. Les deux auteurs rappellent ainsi par exemple que Ruth, qui est à l'origine de la lignée davidique messianique, descend de Moav, fruit de l'union incestueuse de Loth avec sa fille aînée. Même le cas d'Amalec qui incarne le mal absolu et la haine éternelle vouée à Israël révèle une grande complexité: selon un texte du Talmud (Sanhédrin 99b) rappelé par Vigée, Timma la mère d'Amalec aurait demandé à chacun des trois Patriarches de l'épouser pour qu'elle entrât dans l'Alliance mais elle fût rejetée et c'est dans cette répudiation que réside la source de la judéophobie amalécite. Cela amène le poète animé d'espérance qu'est Claude Vigée à se demander s'il ne faut pas cesser de "repousser si loin de nous la pitoyable mais redoutable Timma".

Un autre intérêt de ce livre est la manière dont les auteurs mettent en lumière l'actualité brûlante des questions posées par la Bible et le Midrache: celle du nihilisme, du mélange du bien et du mal chez un paragon de la paix comme Aaron, la soif du pouvoir, la corruption de la société, le détournement de la fonction de la parole à des fins perverses, la massification dépersonnalisante des êtres...

Toute cette riche thématique est formulée dans un style clair et agréable, les auteurs ayant évité le discours lénifiant, le pathos et l'alambication qui caractérisent en général l'homilétique biblique. Ils ont réussi à concilier acuité de réflexion et plaisir du texte.