Pierre Christin

Hicham, Serena, Kevin, Louisette, Albert: dans La bonne vie, le dernier album de la série Correspondances, Pierre Christin conte l'histoire d'un couple aisé, d'un autre plutôt déglingué, d'une jeune fille qui s'ennuie, d'un sans-papiers, d'un retraité et d'une veuve le jour où une bombe éclate dans la station RER du Châtelet. Parmi ces gens qui habitent "au-delà du périph", il y a un mort. Les autres, blessés ou indemnes, traumatisés ou pas, continuent à vivre "la bonne vie" ou presque.

Chaque page comporte un texte court avec, en regard, une image. Avec Correspondances, une série entamée en 1998 par le scénariste Jean-Claude Mézières, Enki Bilal et Annie Goetzinger, Pierre Christin s'éloigne quelque peu de la Bande dessinée pour "vivre ou rêver des aventures qui se transforment en livres d'images", dit-il.

Ses illustrateurs sont tous issus de la bande dessinée et La Bonne vie est illustrée par Max Cabanes, un des grand prix d'Angoulême.

Parallèlement à la sortie du livre se tient jusqu'au 9 octobre à la Galerie d'art Christian Desbois (14 avenue de la Bourdonnais 75007 Paris) une exposition de 42 originaux tirés de la série. Ceux de Cabanes ont la vedette (14) mais on retrouve ceux des albums précédents: Les trains de plaisir de Jean-Claude Denis, Chez les Cheiks de Ferrandez et Les 4 vérités de la Vème de Lemoine (6 de chaque auteur) et deux originaux qui figureront dans les prochaines Correspondances de Christin à paraître l'an prochain, l'un de Bilal, l'autre de Jean-Claude Mézières.

-----

Pierre Christin et Max Cabanes, Les Correspondances (Tome 5 : La bonne vie, Éditions Dupuis).