Anjelica Huston

La grande dame brune de Hollywood, Anjelica Huston, joue les mères courage dans Agnes Browne, son deuxième film en tant que réalisatrice, le portrait plein de tendresse et d'énergie d'une veuve irlandaise et de sa couvée de sept enfants. Celle qui fut Morticia à l'écran et qui a obtenu un Oscar pour L'honneur des Prizzi, réalisé par son père John Huston, incarne Agnes Browne, une femme méritante et batailleuse dont les valeurs sont assez éloignées de celles de La Famille Adams, des Arnaqueurs ou des Prizzi. Marchande des quatre saisons à Dublin en 1967, Agnes Browne a du mal à joindre les deux bouts pour élever sa nombreuse marmaille et doit subir les conditions draconiennes de l'usurier Billy. Mais l'amitié de sa voisine Marion (Marion O'Dwyer) et l'amour d'un brave boulanger français (Arno Chevrier) l'aideront à surmonter les épreuves. L'irruption de Tom Jones, son chanteur préféré qu'elle rêve comme une midinette d'écouter en concert, conclura par un happy end de conte de fée cette chronique chaleureuse et généreuse, qui évoque à la fois Ken Loach (Raining stones) et Stephen Frears (The snapper). Anjelica Huston a présenté en mai dernier, à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, ce deuxième long métrage, réalisé trois ans après le sombre Bastard out of Carolina sur l'enfer vécu par une fillette victime d'un inceste. Avec Agnes Browne, adapté du best-seller irlandais de Brendan O'Carroll, The Mammy, l'actrice-réalisatrice adopte un registre plus gai, qui l'a ramenée aux émotions de son enfance. "De 2 à 11 ans, j'ai grandi en Irlande et je suis allée dans une école qui était fréquentée par des enfants de familles nombreuses, souvent pauvres. Je me suis aussi inspirée de ma nounou irlandaise", précisait-elle lors de son passage sur la Croisette. Pour Anjelica Huston, qui a tourné dans le dernier film de son père Les Gens de Dublin, Agnes Browne est un peu un retour au pays. Son film a été produit par Jim Sheridan, le réalisateur irlandais de My left foot, Au nom du père, et The Boxer.