Max Horkheimer

Un livre, un vrai livre, sous un titre modeste: Notes critiques (par référence à sa Théorie critique). Max Horkheimer a réuni, à la fin de sa vie et pour répondre au souhait de son éditeur, les pages essentielles de ses carnets d'exil. Vingt ans après leur première parution, ces textes nous saisissent, nous émeuvent, nous parlent. Comme si leur auteur s'adressait à nous aujourd'hui, dans un dialogue ininterrompu et cruellement actuel.

Figure essentielle (avec Theodor Adorno, Walter Benjamin, Herbert Marcuse, Erich Fromm, Löwenthal...) de l'école de Francfort, qui devait révolutionner l'histoire de la Pensée occidentale, mettre en cause les certitudes quant à Karl Marx et à l'héritage des Lumières, critiquer les systèmes philosophiques (Friedrich Hegel, Martin Heidegger), lier la réflexion sur l'art et la vie aux conditions socio-économiques et psycho-sexuelles, en un mot en faisant face sans détours au réel... Auteur d'un classique de la pensée contemporaine (éclipse de la Raison) et avec Adorno de l'ouvrage de référence de l'école (La dialectique de la Raison), Horkheimer propose ici aphorismes et fragments où se profile sans facilités ni renoncements le fond de sa démarche de penseur juif livré au vent glacial de l'Histoire, de philosophe majeur et étranger à toute forme d'aliénation ou de fuite. Le féminisme, le mouvement étudiant, l'état d'Israël, Nietzsche et les Juifs, la vie à l'américaine, la publicité, les médias, les paradoxes des "bonnes intentions", la critique de la psychanalyse, la contestation de l'ordre établi et des idées reçues du discours bourgeois né avec les philosophes des Lumières: tous les sujets attirent et attisent une vision incisive, un trait vif, qui ramènent toujours le lecteur vers la plus obscure des réalités pour mieux la repérer et pour mieux l'aider à s'en désaliéner.

"Les gens sont muets, quand bien même ils n'arrêtent pas de discourir. (...) La parole est un instrument de manipulation utilisé par les misérables petits führers de la société de masse (...) imposant l'obéissance par la gueule des appareils de radio... " Parler, dans la société bourgeoise en fin de règne, est dépassé- mais agir est-il encore possible? la réponse est peut-être dans cette profession de foi: "Nous, intellectuels juifs, rescapés de la mort dans les supplices hitlériens, n'avons qu'un seul devoir: agir pour que l'effroyable ne se reproduise pas ni ne tombe dans l'oubli"... La parole et la vie prisonnières des pouvoirs économiques et médiatiques ne doivent pas renoncer à leur devoir vital: témoigner, agir pour la mémoire — pour espérer encore changer le futur annoncé ! La philosophie critique est une pensée en action — un travail et une éthique en marche aujourd'hui encore contre les systèmes finissants qui avaient voulu sa perte. Max Horkheimer et l'école de Francfort ont forgé des armes neuves pour éclairer notre terne fin de siècle. Les Notes critiques nous le démontrent avec la force innocente de la vérité.

-------

Max Horkheimer, Notes critiques (1949 - 1969) (Éditions Payot).