Else Lasker-Schuller

LA SULAMITE

O de ta bouche si tendre

J'ai appris les paroles de la Béatitude!

Déjà, je sens les lèvres de l'ange Gabriel

Brûlantes sur ma poitrine...

Et le nuage de la nuit boit

Mon rêve profond parmi les cèdres.

O, comme la vie me réjouit

Et je me dissous

Et mon coeur est floraison

Et je dérive dans l'Univers

Dans le Temps

Jusqu'au Toujours

Et mon âme s'enflamme dans

les couleurs solaires du ciel

de Jérusalem.

(Traduction d'Alain Suied)