Samira Bellil
Samira Bellil

Samira Bellil est décédée lundi 06 septembre, à l'âge de 33 ans, des suites d'un cancer. D'origine algérienne, la jeune éducatrice de banlieue avait publié en octobre 2002 un livre autobiographique intitulé Dans l'enfer des tournantes (éditions Denoël) où elle raconte la vie des filles dans les quartiers difficiles des banlieues : l'emprise des bandes de petits caïds, la loi du plus fort, les embrouilles, les problèmes de drogues, les violences intra-familiales, mais surtout les viols collectifs — les "tournantes" devenues banales dans ce milieu — comme ceux qu'elle a subis elle-même dès l'âge de 13 ans dans sa cité de la Seine Saint Denis, ainsi que les tortures morales (honte, culpabilité, humiliation,...) et les difficultés quasi insurmontables pour engager un procès contre ses agresseurs. Sans fausse pudeur ni apitoiement ou excès de victimisation, le témoignage de Samira Bellil avait été activement relayé par des associations telles Les Chiennes de Garde ou le mouvement Ni putes, ni soumises de Fadela Amara et avait déclenché une prise de conscience des autorités sur ce fait de société trop longtemps occulté. A l'annonce de son décès de nombreux responsables politiques ont salué le courage de Samira Bellil.