Konrad Kujau

Le faussaire de génie qui avait dupé le monde entier avec les faux Carnets d'Hitler en 1983, Konrad Kujau, s'est dit victime à son tour d'un imposteur qui a publié un livre sous son nom, rapporte le quotidien Berliner Morgenpost.Konrad Kujau a ainsi assigné Parerga Verlag, l'éditeur d'un ouvrage de 120 pages, paru sous le titre L'originalité de la falsification. "Je n'en ai pas écrit une ligne", a-t-il assuré au journal.

Konrad Kujau avait vendu les cinquante faux Carnets d'Hitler au grand hebdomadaire allemand Stern qui les avait publiés pendant trois semaines, cédant les droits de reproduction à une kyrielle de magazines à travers le monde. Le pot aux roses avait été découvert par l'Office fédéral allemand des archives et le faussaire avait ensuite été condamné à 4 ans et demi de prison. Le directeur des éditions Parerga, Stefan Majetschak, a expliqué qu'il avait reçu le manuscrit par la poste et en avait parlé à plusieurs reprises au téléphone avec un homme qui s'était présenté de manière parfaitement crédible comme étant Konrad Kujau. "Jusqu'à aujourd'hui, nous étions certains que Konrad Kujau était l'auteur du livre", a assuré le directeur de ces éditions spécialisées dans les ouvrages de philosophie ou d'art. Le livre a été tiré à 3.000 exemplaires, a-t-il précisé. "Il n'y a pas eu de contrat officiel d'édition mais un simple accord", a indiqué M. Majetschak, l'ensemble se faisant par téléphone et par courrier comme il est selon lui d'usage dans l'édition scientifique. "Il n'y a rien d'explosif dans cet ouvrage, c'est un livre théorique trés sérieux et difficile sur la relation entre l'original et la copie", a ajouté M. Majetschak, protestant de sa bonne foi et parlant d'une perte de 20.000 marks (11.000 dollars) pour sa maison d'édition. "Ou bien, il s'agit d'un coup de relations publiques de Konrad Kujau ou bien lui aussi a été trompé", a ajouté l'éditeur.