Raymond Barre

Raymond Barre s'est décidé à réactualiser de fond en comble son Manuel d'économie, qui a servi à des générations d'étudiants depuis la première édition en 1955, mais qui était épuisé depuis la fin des années 70. Le livre, économie politique, est cette fois cosigné par Frédéric Teulon, un enseignant de 38 ans qui a déjà écrit plusieurs ouvrages économiques et financiers pour les PUF. "Nous avons conservé 60% de la précédente édition", explique Frédéric Teulon, "c'est une performance pour un livre d'économie vieux de vingt ans". Les deux auteurs ont en particulier rayé tous les développements sur les pays socialistes qui n'ont plus lieu d'être après la conversion à l'économie de marché de la plupart de ces Etats. En revanche, ils ont ajouté des chapitres sur la construction européenne et la mondialisation, qui ont bouleversé les données de l'économie ces dernières années.

Pris par la vie politique, Raymond Barre n'avait jamais retouché son grand classique depuis la quatorzième édition de 1977 et il a laissé une grande marge de manoeuvre à Frédéric Teulon, qui enseigne à l'Institut des Sciences Politiques de Paris. Le jeune professeur n'a jamais été l'élève ou le conseiller de l'ancien Premier ministre. C'est leur éditeur, désireux de répondre à une demande importante, qui les a rapprochés il y a deux ans. Mais tous deux ont les mêmes vues libérales. Ainsi dans le chapitre Marché du travail et salaire, on peut lire un plaidoyer pour une plus grande flexibilité. Ils plaident pour une modulation du SMIC en fonction de l'âge et des régions, l'annualisation du temps de travail ou encore l'incitation à la mobilité des Français (réduction des droits de mutation pour les achats de logement ou déductibilité fiscale pour les frais de déménagement). Le livre a été tiré à 6.000 exemplaires.