José de Anchieta
José de Anchieta

Pour commémorer les 400 ans de la mort du jésuite José de Anchieta, auteur du premier poème épique écrit au Brésil (1563) et thaumaturge du Nouveau Monde, la Bibliothèque Nationale de Rio vient d'inaugurer l'exposition Anchieta et le Brésil du XVIe siècle. Coup d'envoi des commémorations pour les 500 ans de la Découverte du Brésil (1500), l'exposition retrace le pays au XVIe siècle à travers la carthographie de l'époque, des portraits, dessins et manuscrits appartenant aux archives de la Bibliothèque. Les visiteurs reçoivent en arrivant un luxueux catalogue des oeuvres de José Anchieta disponibles à la Bibliothèque Nationale et un dépliant qui les oriente sur les 46 pièces qui rappellent les cents premières années du pays. Pour l'occasion, la Bibliothèque a lancé l'édition fac similé de l'unique exemplaire connu du livre d'Anchieta intitulé De Gestis Mendi de Saa, considéré comme le premier poème épique brésilien. Il fut édité à Coimbra (Portugal) en 1563 et selon M. Pereira, organisateur de l'exposition, cette épopée de la Renaissance sur les "exploits de Men de Sa" (troisième Gouverneur Général du Brésil, de 1557 à 1572), écrite en latin, est antérieure à l'édition des Lusiades du fameux poète portugais Luis de Camoës. Le livre retrace la lutte des Portugais — dans le Brésil colonie — dirigés par Men de Sa Men pour expulser les Français alliés aux indiens Tamoios de la Baie de Guanabara (baie de Rio) où Nicolas Durand de Villegaignon voulait fonder la France Antarctique. Le second livre d'Anchieta serait l'Art de la grammaire de la langue la plus utilisée sur la côte du Brésil, première grammaire brésilienne contenant les fondements de la langue tupi, apparu à Coimbra en 1595.

Joseph d'Ancheta est né en mars 1534 à Ténérife (Iles Canaries). La vocation religieuse lui vient de sa propre famille car son grand-père était cousin d'Ignace de Loyola. En 1551, il entre dans la compagnie de Jésus et deux années plus tard il arrive à Bahia de tous les Saints (nord-est) pour cathéchiser les indiens du nouveau monde découvert par les Portugais. "Mais il n'a pas été un missionnaire ordinaire", affirme le professeur Paulo Pereira. "Il a fondé des villes et initié notre civilisation brésilienne. Notre pluralité ethnique commence avec lui. Il a attiré les indiens et les noirs pour la cohabitaion avec les européens. Il a réuni l'Histoire, la littérature et la religion". Sermons, lettres et pièces de théâtre furent souvent les instruments de cathéchisme du Père Anchieta qui vécut 44 ans au mileu des indiens. Beaucoup d'entre eux sont considérés par les critiques et historiens comme les premiers vestiges d'une littérature réellement brésilienne.En 1567, Anchieta avait été nommé Supérieur de la Compagnie de Jésus à Sao Vicente (ville fondée par Anchieta et le Père Manuel da Nobrega, devenue aujourd'hui Sao Paulo, la mégapole du Brésil) et avait déjà reçu le titre de "Thaumaturge du Nouveau Monde" en raison des prodiges qui lui étaient attribués. José de Anchieta est mort, selon ses biographes le 9 juin 1597 dans le village de Reritiba, aujourd'hui dénommé Anchieta, dans l'état d'Espirito Santo.