Paul Théroux

Paul Théroux, connu notamment pour ses écrits de voyage, s'en prend dans son prochain livre à V.S. Naipaul, longtemps son ami et mentor, présenté comme un névrosé mesquin, mal élevé et misogyne, rapporte le New York Times. Sir Vidia's Shadow: A Friendship Across Five Continents (L'ombre de Monsieur Vidia: une amitié à travers cinq continents), dans lequel Paul Théroux se penche sur l'écrivain indien né à Trinidad et Tobago et qui, selon lui, lui a appris à devenir un écrivain, doit être publié en novembre aux Etats-Unis par les éditions Houghton Mifflin. Paul Théroux, joint au téléphone par le New York Times, s'est défendu d'avoir trahi l'auteur de Un chemin dans le monde en déclarant que ce dernier "disait toujours qu'il fallait dire la vérité". "Mon sentiment, et Naipaul pourrait dire la même chose, est que ce n'est pas votre noblesse qui fait de de vous un écrivain, ni votre magnanimité, ni vos moments de compassion. C'est la totalité de tous vos moments", a-t-il dit au journal. L'amitié de 31 ans entre les deux écrivains, qui avait commencé en Ouganda en 1966 alors que Théroux avait 25 ans et Naipaul 34, s'est terminée au printemps dernier, selon le journal. Paul Théroux, apercevant V.S. Naipaul dans une rue du quartier londonien de Kensington, lui a demandé pourquoi il n'avait pas répondu à son dernier mot. Naipaul lui a alors rétorqué d'"encaisser et de dégager", toujours selon le journal. Dans ce mot, Paul Théroux, auteur notamment de Les derniers jours de Hong-Kong et Les îles heureuses d'Océanie, demandait des explications à son ami après s'être aperçu, en feuilletant un catalogue de livres rares, qu'il essayait de vendre deux exemplaires qu'il lui avait dédicacés. Paul Théroux a par ailleurs été par le passé accusé de trahir un autre de ses amis écrivains, Bruce Chatwin, en abusant de la relation de confiance qu'il avait avec son entourage.