Bernard Tapie
Bernard Tapie

"Je ne suis pas Mandrin", affirme Bernard Tapie dans Librement, son livre qui vient de parare, mi-confession mi-plaidoyer, o il assure vouloir dire la vrit sur les diffrentes affaires auxquelles il a t ml. Ce livre, crit durant sa dtention l'an pass, a t tir par l'diteur Plon 100.000 exemplaires. "Un verrou. Je n'oublierai jamais ce bruit qui referme la vie derrire moi, qui rpte et qui amplifie toutes les condamnations que j'ai ou que je vais subir", crit M. Tapie. Tel un "papillon pingl par le travers du corps", il raconte sa vie en prison. "On a dit que j'tais un mlange de Robin des Bois et de Bibi Fricotin. Peut-tre. Mais je ne suis pas Mandrin", affirme-t-il (Mandrin tait un brigand dtrousseur des collecteurs d'impts au XVIIIe sicle, ndlr). "J'ai toujours t caricatur. J'ai rarement t montr tel que je suis", assure Bernard Tapie qui se dit "secret, dtestant se montrer pour le plaisir de se montrer, sans aucun got pour le dballage, les signes matriels de richesse". Mais, craignant peut-tre de faire sourire ses dtracteurs, il ajoute aussitt tre "rebelle, insurg, impertinent, insoumis, inclassable et mal lev".

Bernard Tapie voque l'affaire des comptes de l'Olympique de Marseille, sa rencontre avec Franois Mitterrand ("je ne me suis jamais dparti de cette impression bizarre d'tre un lve devant son matre"), le Front National ("dont j'ai toujours rencontr l'hostilit la plus farouche"), le Crdit Lyonnais, l'acquisition d'Adidas, etc. Il critique durement la justice: "ce n'est rien de dire qu'elle est parfois inefficace, partiale et irresponsable si l'on n'ajoute pas qu'elle est d'abord manipule, instrumentalise", crit-il dans cet ouvrage qui montre sa capacit refaire surface, aprs une priode de difficults. "La prison noie le faible, rend le truand criminel mais ne peut tuer le singulier", conclut-il avant de remercier "ceux de ses avocats qui ont accept de travailler des centaines d'heures pour assurer sa dfense sans tre rmunrs".

-----

Bernard Tapie, Librement (ditions Plon).