Patrick Hutchinson
Patrick Hutchinson

En France, on parle beaucoup depuis quelques années du Politiquement Correct, qu'à droite comme à gauche on confond volontiers et à dessein avec le puritanisme new-look de la nouvelle Droite américaine, sectaire et néo-conservatrice. Il est vrai qu'il y a bien quelques traits communs entre par exemple tel féminisme légaliste et anti-pornographique et tel mouvement anti-avortement ou croisade pentecôtaliste télé-évangélique. En creusant un peu, d'ailleurs, il n'est guère difficile de reconnaître dans ces traits communs des invariants profonds du caractère protestant transmué en mentalité culturelle réflexe ou inconsciente. Même à gauche, cela a pu conduire aux extrêmes du séparatisme sexuel ou aux ambiguités du multiculturalisme différentialiste, bien opposé au melting-pot et à toute idée de métissage culturel. Mais en faire systématiquement l'amalgame, c'est vouloir commodément tout confondre, et feindre d'ignorer par exemple qu'au sein même du féminisme américain, il existe d'immenses clivages et des courants anti-puritains. Surtout, sans doute, un tel amalgame nous permet de continuer à faire l'économie de la mise en cause de certains modèles traditionalistes, conservateurs et patriarcaux, secrètement (ou ouvertement) autoritaires. L'amalgame entre le puritanisme et le politiquement correct nous permet en fin de compte un beau tour de passe passe pour masquer nos archaïsmes et nos corporatismes sous les couleurs glorieuses de l'exception françraise.

Tous ces remous, ces questionnements, sur le rapport à l'autre culturel, littéraire ou sexuel, ne seraient qu'aberration puritaine, excès de protestants libéraux! Comme le dirait un Philippe Sollers, nous: Sade, Vivant Denon, Cézanne, Céline tous confondus, sommes catholiques. Il a beau y avoir plus de rapports entre le divin marquis et telle secte gnostique de l'antiquité finissante qu'avec Bossuet, plus de rapports entre Cézanne et Arnaut Daniel et Platon qu'avec Le Bernin et le Concile de Trente, Nous allons lutter modèle contre modèle. Rallions tous les couleurs de l'exception Francaise et du catholicisme contre ces tarés du puritanisme et de l'individualisme, contre cette urticante vague de postmodernismes qui nous arrive du dehors ! On est catholiques, Nous: libertins, réalistes, sceptiques... et finalement partisans aussi de l'ordre familial moral et sexuel. Et voici la Modernité qui, à force de retournements, finit par se mordre la queue. Elle finit en eau de boudin, en ragoût light de néo-conservatismes. Et même en cassolette nationaliste et chauvine. Mieux, depuis que nos intellectuels satisfont à l'obligatoire tournée de conférences dans les universités américaines, nous avons aussi appris à faire de la contrebande et de la contrefaçon d'idées. Pour combattre l'affreux puritanisme du modèle qui nous envahit d'outre atlantique, nous avons repiqué leurs idées aux néo-conservateurs eux-mêmes. Nous avons même réussi à les républicaniser, à les laïciser. Et cela bien sûr, sans les citer. N'est-ce pas là un tour de passe-passe particulièrement bien joué ?

Ces idées, qui font sournoisement leur chemin en France depuis une dizaine d'années, sont un retour régressif aux valeurs du Canon occidental. Elles montent toujours et encore, mais nous sommes désormais à même de constater leurs dégâts dans de multiples domaines: parlons de la Corse, du Foulard, de ces deux jeunes femmes, manifestement érotomanes, qui viennent d'etre condamnées lors du premier grand procès en France pour harcèlement sexuel. Ou de ce jeune homme qui vient de bénéficier de l'indulgence des juges parce que, "en tuant deux travestis du Bois de Boulogne, il tuait avant tout sa propre marginalité". Et si ce tour de passe-passe d'idées se retournait contre nous? Et si, dans ce passage clandestin et par trop anonyme, se réintroduisait en realité le virus de notre propre puritanisme? Et si, chez nous autres "Catholiques", rampait de nouveau un anti-indivudalisme intolérant, exclusionniste et autoritaire, un nouveau puritanisme qui n'ose même pas dire son nom ?