Patrick Hutchinson
Patrick Hutchinson

L'EXCURSUS VIENNOIS

Les chemins du soleil sur la mer

Vus depuis la moyenne atmosphère

Me rappellèrent les grâces de ta chair

Tokyo vuol frenare il superyen

Moda sexy

con pantaloni

Corti e aderenti

Tes lentes vergetures d'azur

Tangible révélation entre les draps

D'un absolu divin et crapuleux

Où se mêlait inextricablement

Le céleste et l'infernal, le salut et le doute

Lequel fit basculer toutes nos routes

Toujours au moment du passage

De la fatalité, du dépassement

Ce à quoi le plus on tient

Le destin te le ressert

Bologna senza affani

Comme toujours tu es là

A mes côtés comme chaque fois

Au passage de la ligne, de la limite

Du devenir

Tu m'accompagnes

Alors qu'il se peut bien que tu ne penses

Plus du tout à moi

Dans la cosmogonique catastrophe/splendeur

D'un banal lever de soleil sur les Alpes

En tous points comparable

Au ciel d'un tableau de Grünewald

Que je ne retrouve plus nulle part

Hideous kinky

Eyes wide shut

Stop der überfremdung

sterreich zuerst

Schumanik/humanik

Shoe fetichism and heroic stucco

Die Kontrolle ist Grün

Die erfolgreiche opposition wallen

Ein dessen Wort/FP

Die richtige Weg ins 21.Jahrhundert

STOP GOLDEN BOY FASCISM

(= Non au Fascisme BécéBégé)

Left on a table at Einstein Café/

Non, Vitrolles n'est plus la Provence/

Toutes les femmes ici

Sont d'ailleurs des Klimt, des Schiele

Le ver sacrum est dans le fruit

Inquiétante étrangeté du féminin

Walkyrique despotisme de l'autre du désir

Il n'empêche qu'il n'y a finalement qu'elles

Pour nous aider à nous envoler

Pour nous faire naître à l'affreux courage

Du passage à la limite

De la nécessité, du dépassement

Pour que cette Europe plurielle que de toutes

nos forces nous voulons

Ne soit pas que de fermeture

Nouvelle forteresse du White Power

(Non, les Turcs ne sont pas à l'horizon !)

Je les vois, fatales guerrières du désir,

Sur le Ring, dans les jardins, sur la Warhringerstrass

Et au moment même de l'Elévation

A la Cathédrale St Etienne, il est sans doute légitime

- Alors qu'un touriste puritain du Middle West

M'interroge sur les moeurs de ces gens-là,

Sont-ils orthodoxes ou bien catholiques? -

De se demander ce qu'ont bien pu apporter

Près de mille ans de confusion grandiloquente

Entre le Temporel et le Spirituel

Alors que l'épée du Hahenstauffen dort ici

Ainsi que la couronne de Charlemagne

On se sent toujours à une ou deux rues de distance

D'une charge de cavalerie scythe

Aspirée par les marches de l'Est

L'impressionnante pâtisserie du Hofburg

Ne fut finalement terminée qu'en 1908

Si j'ai bien lu les chiffres romains

Tandis que sur l'Aigle à deux têtes

Les corbeaux se disputent la place

Et que les multinationales de la Télécommunication

Eux aussi, tournent autour

Des restes du rêve en archipel du Saint Empire chrétien

Un mode de production/domination

Comme un autre

Avec l'Espagne, la Bourgogne, la Bohême, l'Italie,

les Deux Siciles, la Belgique, les Pays Bas

(Et encore j'en oublie !)

Se heurtant finalement aux récifs de l'ethnonationalisme

Et du coup de grâce du Traité de Versailles

Si bien que l'on peut bien nettement préférer

Le rire d'or de Mozart

Ou le regard moqueuse de Judith

Qui saura enfanter in extremis

D'un autre savoir

Visage de la Modernité qui nous foudroie

d'un regard immémorial

Merci Walter Benjamin.

Merci Christine B. Glucksmann.

(Ici on s'est enfin rejoints...

Tels, les fuseaux horaires de l'esprit, l'amitié !)

Un savoir sur la violence première

Et toutes les ruses de la déraison, du refus de l'autre

Qui n'est autre que le refus de soi, la terreur

De devenir, d'exister

Les femmes, les métèques, les migrants

Par leurs savoirs autres nous éclairent

Comme dans le Jugement d'Hélène

De Max S. au Bélvedère

Un classicisme dissident, une culture

Savante de l'Hystérie

Dionysiaque et éclectique

Et plutôt hérétique

Savoirs du corps et de la langue

Qu'on ne sépare plus des savoirs de l'âme

Je suis tout comme celui qui est monté sur un arbre

Et qui ne peut pas monter plus haut et qui est resté au milieu

aissi quom sel qu'e mieg de l'arbre estai

qu'es tant poiatz que no sap tornar jos

Mir ist alse dem, der af den boum da staget

Und nich hôher mac und dâ mitten belibet

Je suis comme celui qui s'est fixé sur le jeu

Et qui a tout perdu et qui l'abandonne

Sitot me soi a tart apercebutz

Aisi cum cel qu'a tot perdut e jura Com' omo c'ha guicato

Que mais non joc E CREDE guadagnare

o perde cio CH'AVIA

Mais je la prie qu'elle endure mon service

(En ce cas) la douleur que je souffre ne me tourmente pas

Pero si us platz qu'az autra part me vire,

Ostatz de vos la beutat el dous rire

S'il vous plaît que je me tourne d'un autre côté

Otez donc de vous la beauté

et le doux rire

Firenze Biblioteca Medicea Laurenziana Pl.XL1, 42

Merci Rodolphe de Fenis, Minnesanger

Qui a si bien fait de piller les coblas occitans de Folquet, trobador

Une nouvelle élite transversale, transfrontalière

et translinguistique

Un réseau de réseaux de réseaux, leur code de reconnaissance

Une façon d'aimer, de s'ouvrir à l'autre

Un autre universalisme, non-totalisant

Un universalisme brisé du côté de l'Un, pluriel

Et ce, dès ces douzième/treizième siècles:

Mais Folquet, ah Folquet, par dépit d'une femme,

intérêt ou ambition, a tourné sa veste

Puis archevêque, a mis à feu et à sang l'Europe,

Par ressentiment envers une dame sienne, perdît Toulouse

et fit le malheur du Languedoc