Dylan Thomas

MON ART MOROSE

Dans mon métier, mon art morose

exercé dans la nuit silencieuse

quand la lune seule fait rage

quand les amants sont étendus

avec toutes leurs douleurs dans les bras,

je travaille, à la lumière du chant,

non par ambition ou pour mon pain

ni pour le semblant, ni par commerce

de charmes sur des scènes d'ivoire

mais pour le salaire ordinaire

du profond secret de leurs coeurs.

Ni pour le prétentieux, ignorant

la lune qui fait rage, j'écris

sur ces pages mouillées d'embrun,

ni pour les morts trop hauts

avec leurs rossignols et leurs psaumes

mais pour les amants, leurs bras

enlaçant les chagrins du Temps,

qui n'accordent ni attention, ni salaire

ni éloge à mon métier, mon art morose.

(Traduction d'Alain Suied)