Correspondance de Mozart
Correspondance de Mozart

Une vaste entreprise éditoriale, commencée en France en 1986 par les éditions Flammarion, s'achève, avec la publication du 7ème tome de la correspondance de Mozart. Au total, près de trois mille pages qui composent la chronique au jour le jour de la vie et l'oeuvre d'un génie précoce de la musique occidentale dans l'Europe de son temps. Cette édition menée à bien, pour la traduction, les notes et mises à jour, par la française Geneviève Geffray, une germanisante en poste au Mozarteum de Salzbourg, s'appuie sur celle réalisée en langue allemande de 1962 à 1975, dans une organisation différente. C'est la première fois en France que cette somme est proposée dans son intégralité. Deux volumes de correspondance seulement avaient paru en 1888. Le tome sept rassemble, dans l'ordre chronologique, divers documents, considérés comme de premier intérêt: les notes de voyages européens de la famille Mozart, le journal de la soeur du compositeur Nannerl (inédit en France), le catalogue des oeuvres, avec motif musical, tenu par Mozart lui-même depuis 1784, les témoignages de contemporains et un index général des sujets de l'ensemble de la correspondance (noms, matières, lieux) absent de l'édition allemande. Les tomes un à cinq regroupent les lettres de Mozart et sa famille, le tome six étant consacré à la correspondance de Constance, l'épouse, relative au destin posthume des oeuvres et manuscrits du musicien.