Joachim Walther

Un volumineux ouvrage de près de 900 pages, présenté à la récente Foire du Livre de Francfort, décrit minutieusement les mécanismes de surveillance des écrivains et de la sécurite d'Etat par la Stasi dans l'ex-RDA. Intitulé Sicherungsbereich Literatur (La littérature zone de sécurité) et publié par l'éditeur Christoph Links, le livre de l'écrivain allemand Joachim Walther est le fruit d'une recherche de trois ans dans les archives de la police secrète. Il décrit la coopération de certains auteurs avec cet appareil policier et les mécanismes de contrôle secret des écrivains de RDA de 1950 à 1989, par le biais du ministère pour la Sécurité d'Etat. "Ce qui m'a surpris est le contrôle total d'une société, à travers les indicateurs, mais qui ne s'est pas limité à l'Est", indique Christoph Links. Parmi les personnalités et écrivains surveillés figuraient Stefan Heym, Robert Havemann, Christoph Hein. Même les écrivains ouest-allemands Günter Grass et Heinrich Boll l'étaient également dans leurs moindres déplacements lorsqu'ils se trouvaient en Allemagne de l'Est. La seconde partie du livre est consacrée à ceux qui ont aidé la Stasi à espionner les écrivains critiques à l'égard du régime. Ils étaient chargés de signaler toute publication future qui pouvait porter préjudice. Il y avait également de nombreux informateurs à l'Ouest qui, selon M. Links, glanaient des informations.