Linux
Linux

Ce n'est pas une victoire mais ce n'est pas non plus une défaite. Dans la bataille que se livraient les militants du logiciel libre et la world company Microsoft pour conquérir les ordinateurs de la mairie de Paris, personne n'a vraiment gagné ou perdu. Après trois mois de réflexion et nombre de rapports techniques et économiques sur le sujet, la municipalité a finalement décidé d'engager timidement son administration sur la voie de l'Open Source mais sans se débarrasser encore des envahissants produits de Bill Gates. Ce dernier, afin de ne pas perdre le marché, n'a d'ailleurs pas hésité a lui consentir 60% de rabais sur ses Windows, Word et autres Excel. L'équipe de Bertrand Delanoë a sans doute été sensible à l'argument. A titre peut-être de compensation, elle s'est toutefois engagé à adhérer à l'Addulact (Association des Développeurs et Utilisateurs de Logiciels Libres pour l'Administration et les Collectivités Territoriales), à ouvrir sous licence GPL sept de ses programmes de gestion (pour les cours de tennis, le risque canicule, le stationnement, etc.) et à mettre désormais en concurrence dans ses futurs appels d'offres les programmes de Microsoft et les logiciels libres dans les domaines applicatifs concernés pour ses besoins, notamment la bureautique. Mais elle s'en tiendra là pour l'instant.

En 2003, la municipalité de Munich (Allemagne) avait elle radicalement rejeté les applications propriétaires de Microsoft en migrant totalement vers les programmes équivalents du libre. La politique de l'Hôtel de ville de Paris, si il y en a une, semble à contrario bien modeste même si on promet que la migration sera progressive. Il faudra attendre encore plusieurs années avant de voir le petit pingoin Linux s'afficher à la place du drapeau Windows sur les 18.000 postes informatiques de cette municipalité parisienne qui, pour être de gauche et écologiste, n'en reste pas moins très conservatrice en la matière et ne semble pas avoir compris que ses choix technologiques sont aussi idéologiques.

Monsieur le Maire, encore un effort pour être de gauche en informatique ! Même la gendarmerie est plus progressiste que vous, elle qui est actuellement en train de migrer du lourd et couteux Microsoft Office vers le libre et gratuit OpenOffice.