Microsoft Metro
Microsoft Metro

Longhorn, le futur logiciel système de Microsoft destiné à succéder à Windows XP, déboulera sur le marché en 2006 accompagné d'un nouveau format de fichiers numériques. Metro — c'est son nom de code pour l'instant — est un format de document autonome pouvant être ouvert indépendamment de l'application qui l'a créé. Il devrait utiliser Avalon pour le rendu graphique et reposer sur des technologies et protocoles ouverts tels que XML, Unicode ou la compression ZIP entre autres. Il ambitionne avec sa licence gratuite de devenir rien de moins que le nouveau format universel d'échange pour la lecture et l'impression de documents numériques.

Avec ce programme Microsoft attaque évidemment de plein front le format PDF (Portable Document Format) proposé par Adobe Systems. PDF est un excellent format standard ouvert et fiable aujourd'hui largement utilisé par les professionnels de l'imprimerie et par tout un chacun sur le web. Selon Adobe, 500 millions de lecteurs Acrobat PDF auraient été installés sur les PC du monde entier depuis dix ans.

Annoncé aux conférences WinHEC (Windows Hardware Engineering Conference) de fin avril 2005 par Bill Gates lui-même le projet Metro Reach semble être la suite du programme "Next Generation Print Path" intégré dans la cadre de l'interminable — six ans — développement de Longhorn, le nouveau Windows à paraître vers le milieu de l'année prochaine (mais dont la technologie est déjà dépassée avant même sa sortie, selon Apple, par le système Mac Os X Tiger qui vient lui de sortir). Les ingénieurs de Microsoft travaillent depuis deux ans sur le projet Metro, en partenariat avec la société Global Graphics spécialisée en développement de pré-presse, impression numérique et gestion de documents électroniques. Marquée à la culotte par la diffusion du logiciel libre, la multinationale de Redmond semble une fois de plus surtout soucieuse de ne pas se laisser distancer sur un ensemble de produits ouverts développés par une entreprise qu'elle ne peut contrôler ou racheter. La société Adobe, qui a mis au point son format PDF en 1993, ne s'est en effet pas endormie sur ses lauriers et poursuit activement divers programmes, bien déterminée à ne pas se laisser éliminer du marché qu'elle a gagné par l'excellence de ses logiciels. L'éditeur du célèbre Photoshop vient par exemple d'acquérir Macromedia, laissant envisager de nouvelles innovations associant Flash et PDF dans notre futur "papier électronique". Par ailleurs, après PostScript, son PDF supporte maintenant XML.

Personne parmi les observateurs spécialisés ne croit vraiment que Microsoft va proposer gratuitement au public et aux développeurs un nouveau format ouvert sans arrière-pensée, l'entreprise de Bill Gates ayant jusqu'à présent toujours tout fait pour introduire et imposer ses propres formats propriétaires. Même le XML version Microsoft Office récemment lancé n'est pas vraiment standard. En revanche, elle a prouvé qu'elle pouvait facilement détruire des firmes concurrentes en imposant ses produits par la puissance de son monopole et ses capacités marketing, accaparant en particulier le soutien obligé des fabricants de PC qui les diffusent pré-installés avec Windows. Appliquant la méthode de distribution gratuite à grande échelle qui a valu en son temps à Internet Explorer de supplanter Netscape, Microsoft ne manquera sans doute pas d'essayer d'écraser de la même façon le format PDF avec son Metro intégré à Longhorn. Mais la guerre annoncée Metro / PDF sera toutefois peut-être moins facile à gagner pour la multinationale américaine auprès des professionnels de l'édition pré-presse — imprimeurs, flasheurs, etc... — habitués eux à une technologie bien installée, réputée fiable, toujours innovante et qui a fait ses preuves. Dans ce domaine-là, comme dans tous ceux nécessitant de puissantes ressources avancées ou sécurisées (Serveurs web, PAO, traitement d'images, etc), les produits de Microsoft n'ont jamais vraiment réussi à se montrer meilleurs que leurs concurrents.