Google Desktop Search
Google Desktop Search

Google, la firme californienne éditrice du célèbre moteur de recherche sur internet, sort la version finale officielle de son application de recherche sur le disque dur des micro-ordinateurs personnels. Ce programme est téléchargeable gratuitement et permet de formuler des requêtes de recherche sur le contenu interne du disque dur des PC, permettant de trouver rapidement toutes sortes de fichiers textes ou multimédias dans les divers formats compatibles avec Firefox, Mozilla, Internet Explorer, Outlook, Thunderbird et Netscape (TXT, PDF, HTML, Word,..) ainsi que dans les courriers e-mail, les sons, les images (photos, vidéos), etc. Des sécurités sont prévues, permettant à l'internaute d'interdire l'accès à certains dossiers ou de protéger ses fichiers par mot de passe. Fâcheuse limitation toutefois, Desktop Search ne fonctionne actuellement qu'avec Windows XP et Windows 2000 SP 3 et uniquement en anglais, chinois et coréen. On attendra donc la sortie de versions plus élaborées et accessibles aux utilisateurs de toutes plateformes. D'autant que, à l'instar de GMail, des questions restent encore posées concernant le respect de la vie privée. Desktop Search communique en effet directement avec les serveurs de Google. Bien que la firme assure qu'elle ne stocke aucune donnée personnelle mais uniquement des informations statistiques, il n'en reste pas moins qu'un numéro d'identification unique permet de repérer chaque utilisateur.

Une version Beta de Desktop Search était en test depuis octobre 2004 et avait déclenché la riposte des grands concurrents de Google, Yahoo et Microsoft, qui se sont immédiatement lancés sur le même créneau de produits avec entre autres la Barre de recherche MSN et le Yahoo Desktop Search. Les trois entreprises se livrent actuellement une lutte farouche pour augmenter leur part de marché sur ce secteur de la recherche d'informations afin de capter la manne de revenus publicitaires qui peut y être associée. D'autres sociétés tels Apple, Ask Jeeves ou AOL notamment ont fait connaître elles aussi récemment leurs propres outils actuellement en cours de développement. Côté développeurs justement, Google indique vouloir laisser en libre accès le code source du logiciel, ce qui devrait permettre à la communauté du libre de l'adapter à des programmes open source existants et de créer de nouvelles applications ou extensions.