Madonna
Madonna

Madonna est en tournée à Paris jusqu'au 4 septembre. A 46 ans, la plus grande star pop au firmament depuis déjà une vingtaine d'années ne fait pas que provoquer des scandales, vendre des CD par millions, drainer des foules immenses de fans à ses concerts ou prescrire la mode à la jeunesse du monde entier. Madonna est plus qu'une chanteuse vedette, elle est devenue de son vivant un véritable mythe. Un culte et un mythe postmoderne sur lesquels s'est penché l'universitaire Georges-Claude Guilbert qui enseigne la littérature américaine et la culture populaire à l'université de Rouen. Son essai Madonna as postmodern myth, paru aux Etats-Unis en 2002 est publié cette année en France sous le titre Le Mythe Madonna (Editions Nouveau monde). C'est un formidable document de décryptage, à la fois biographique et analytique, d'un phénomène dont il nous livre les clés comme symboles de postmodernité. Définissant d'abord la complexe notion de postmodernité qui fonde sa thèse — réapropriation de l'Histoire et recyclage des oeuvres notamment — l'auteur aborde ensuite progressivement les grands thèmes qui ont permis la starisation de cette chanteuse dans notre société. Il montre comment Madonna a su utiliser tant les grandes références culturelles américaines du passé (Marilyn Monroe, etc.) que l'avant-garde artistique; comment elle a su aussi jouer de multiples incarnations opposées : féministe et nymphomane, vierge et vamp, catholique et provocatrice sexuelle entre autres, toutes à l'image de nos propres contradictions. L'oeuvre et la démarche de l'artiste depuis les années '80, avec leur traitement médiatique en parallèle, sont ainsi passés au crible dans une lecture fine qui nous permet au-delà de l'aventure individuelle de la Pop Star de comprendre un peu plus notre époque.