Art Spiegelman
Art Spiegelman

Pour le dessinateur new-yorkais Art Spiegelman, l'attentat du 11 septembre 2001 contre les tours du World Trade Center a été l'occasion d'une nouvelle prise de conscience qu'il tente d'exprimer dans son dernier album, intitulé A l'ombre des tours mortes. Une BD grand format au graphisme coloré très différent de Maus, véritable livre-objet sur lequel il a travaillé depuis le lendemain de l'attentat et qui marque son retour à la bande dessinée après de nombreuses années consacrées surtout à l'illustration.

Le 11 septembre 2001, Art Spiegelman qui habitait près du World Trade Center dut courir chercher sa fille en route pour l'école et fuir avec elle le nuage de poussière noire qui submergea Manhattan. A l'invitation du journal allemand Die Zeit, il se mit ensuite à dessiner pour essayer, dans une narration à la première personne, de raconter et d'exorciser avec une sorte d'humour désespéré la peur et les émotions qu'il a vécues avec ses proches et ses compatriotes.

Ce sont ces planches, avec d'autres inédites, qui sont aujourd'hui publiées en album. Mais cette évocation en BD du traumatisme causé par les évènements du 11 septembre est aussi l'occasion pour Art Spiegelman de dire son indéfectible attachement à New York et de lancer un vigoureux plaidoyer en faveur de la liberté d'opinion. Dans une longue préface, il explique comment l'évènement a été détourné et manipulé par "la clique Bush" et des médias soumis.

Dans plusieurs interviews, Art Spiegelman ne cache pas non plus que son premier traumatisme avant le 11 septembre fut l'élection de George W. Bush et qu'il considère, selon la thématique animalière qui lui est chère, que l'Amérique est actuellement gouvernée par des "reptiles". Sa liberté de créateur a été maintes fois entravée après 2001 par des éditeurs ou des rédacteurs en chef qui n'acceptaient pas son ton irrévérencieux envers l'administration Bush ou ses positions jugées parfois trop anti-israéliennes. Il dut notamment abandonner il y a peu sa collaboration au New Yorker, magazine avec lequel il travaillait pourtant depuis une dizaine d'années, en raison de ses points de vue engagés contre l'actuel président des Etats-Unis qui étaient systématiquement censurés par son beau-frère rédacteur en chef (sa femme Françoise est elle directrice artistique du même magazine).

Les dessins de A l'ombre des tours mortes furent eux-mêmes publiés en Amérique non pas dans la grande presse nationale à laquelle sa notoriété lui donnait accès depuis Maus, mais dans un petit hebdomadaire juif confidentiel. Les images cinglantes par exemple où Art Spiegelman se représente coincé entre Oussama Ben Laden et George Bush, l'un levant une épée sanglante contre lui et l'autre lui mettant un pistolet sur la tempe, ne plaisent guère aux américains pour qui il est scandaleux de mettre les deux hommes sur le même plan.

Au delà de la critique des médias et de l'engagement politique en cette période électorale, l'album est aussi pour le dessinateur une façon de saluer la fraîcheur et l'anarchie des premiers comics américains du début du XXe siècle. Des planches d'anciennes BD des pères fondateurs représentant la destruction de Manhattan sont d'ailleurs ajoutées à la fin de l'album.

Né en Suède en février 1948 de parents juifs polonais qui partirent s'installer aux Etats-Unis, Art Spiegelman a commencé à dessiner ses premières histoires d'introspection familiale au début des années 60 dans diverses revues underground. Dans les années 80 il édita la fameuse revue de BD avant-gardiste Raw et devint célèbre en 1987 avec l'album plus ou moins autobiographique Maus qui raconte la Shoah d'après les souvenirs de son père. Les nazis y sont représentés par des chats et les juifs par des souris. Maus fut traduit et publié dans le monde entier et lui valut le seul Prix Pulitzer jamais attribué à un auteur de bande dessinée. Il travailla ensuite comme illustrateur humoriste au New-Yorker.

Art Spiegelman prépare actuellement un livre sur ses dix années passées dans ce magazine. A l'ombre des tours mortes sortira le 3 septembre simultanément en France (éditions Casterman), Suisse, Belgique, Etats-Unis, Espagne, Grande-Bretagne, Italie et Pays-Bas.

-----

Art Spiegelman, À l'ombre des tours mortes (Éditions Casterman).