Le Monde
Le Monde

A partir du 20 mai prochain, il sera possible d'acheter un livre d'art chez son marchand de journaux en demandant Le Monde. Pour le prix de 6,95 euros, le lecteur aura droit chaque samedi au quotidien du soir avec ses suppléments Le Monde 2 et The New York Times, plus un livre d'une collection intitulée Le Musée du Monde, publié par l'éditeur de livres d'Art Taschen. 36 monographies de peintres — Goya, Matisse, Cézanne, Vermeer, Balthus, Dali, Gauguin, Monet, Warhol, Miro, Hopper, etc... — d'une centaine de pages chacune au format 18x23 seront ainsi diffusées en kiosque entre mai 2005 et janvier 2006. La vente n'est toutefois pas liée et le lecteur sera libre de n'acheter que le journal avec ses deux suppléments habituels au prix de 2,50 euros. S'il le souhaite il pourra se procurer indépendamment les volumes de la collection Taschen en librairie. Le quotidien du soir n'en est pas à son coup d'essai en matière de vente couplée avec un produit culturel puisqu'il vend déjà depuis 2004, avec son édition datée du dimanche-lundi, une collection de films en DVD intitulée Le Cinéma du Monde. Cette opération couplée aurait générée + 15% de ventes selon la direction du journal.

A l'instar des autres quotidiens français, tous plus ou moins en perte d'audience, le journal dirigé par Jean-Marie Colombani cherche en effet désespérément de nouvelles formules afin de reconquérir des lecteurs et doper son chiffre d'affaires. Il s'inspire ici de ce qui se passe à l'étranger, notamment en Allemagne, en Espagne, en Italie et au Portugal, où depuis plusieurs années de nombreux éditeurs de presse diffusent des livres en kiosque avec leurs journaux et magazines. 75 millions d'exemplaires de 1.700 titres ont ainsi été vendus en Italie l'année dernière sur le réseau presse. En France, Le Point avait tenté en 2002 une opération similaire mais il avait dû reculer devant l'opposition des libraires qui voient d'un très mauvais oeil ce genre d'opérations réalisées aux dépens de leur profession. Ces derniers avaient porté l'affaire en justice et obtenu la condamnation de l'hebdomadaire pour vente couplée. Prenant le risque malgré tout, Le Figaro s'est lui lancé dans l'aventure depuis janvier 2005, distribuant chaque week-end Les Essentiels d'Universalis, une version remaniée de la célèbre encyclopédie, en 22 volumes de 900 pages chacun vendus avec le quotidien au prix de 11,90 euros. Avec l'arrivée du Monde sur le créneau, nul doute que les libraires irrrités vont se mobiliser pour contrer cette nouvelle forme de concurrence sur le marché du livre. Le Syndicat de la Librairie Française (SLF) est actuellement en train d'examiner les recours juridiques possibles contre les deux organes de presse.