Florence Aubenas

La journaliste de Libération Florence Aubenas et son interprète Hussein Hanoun, enlevés en Irak le 05 janvier dernier, sont prisonniers depuis exactement cent jours. Pour rappeler leur sort en cette triste date anniversaire, les principaux directeurs de rédaction des médias français organisent une opération de soutien toute la journée du vendredi 15 avril. De minuit à minuit, les chaînes de télévision hertziennes ainsi que les Unes des quotidiens affichent un logo spécial "Florence/Hussein 100ème jour de captivité", les radios nationales diffusent un jingle lu par le journaliste de RFI Christian Chesnot, ex-otage en Irak, et les sites internet arborent une bannière. De nombreuses autres manifestations de solidarité se déroulent aussi dans toute la France : messages lus dans les théâtres, diffusion de 100 textes d'auteurs sur France Culture en parallèle avec la sortie du livre Cent jours sans publié par le comité de soutien aux otages, affichage de messages sur les panneaux lumineux de la Ville de Paris, accrochage de portraits géants sur les façades d'immeubles, lâchers de ballons samedi à midi dans une centaine de villes françaises, etc... Au Trocadéro à Paris jeudi soir, une centaine d'anonymes et de personnalités, dont Jeanne Moreau, Erik Orsenna, Benabar ou Yves Simon, ont donné le coup d'envoi de ces 24 heures de mobilisation en brandissant chacun une torche allumée en signe de solidarité, illuminant le parvis des Droits de l'Homme. Toutes les initiatives de soutien peuvent être consultées dans les colonnes du journal Libération et une pétition — qui doit être remise prochainement au président de la République Jacques Chirac, au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, et au ministre des Affaires étrangères Michel Barnier — est lancée par le Comité de soutien Florence-Hussein, dont le siège se trouve à la mairie du Xème arrondissement de Paris. "Jamais mobilisation n'a été aussi forte en faveur d'otages qu'au cours des trois mois écoulés", indique Robert Ménard, secrétaire général de Reporters Sans Frontières.