Dan Rather

Dan Rather quitte aujourd'hui 9 mars, après 55 ans de carrière, son poste de présentateur de la chaîne CBS. Agé de 74 ans, il incarnait depuis quatre décennies une certaine idée du journalisme à l'américaine et était devenu l'une des stars du paysage médiatique international.

Dan Rather s'était fait connaître le 22 novembre 1963 lorsque, chef du bureau local de CBS à Dallas, il avait eu à couvrir la dramatique visite du président John F. Kennedy assassiné ce jour-là. Il fut le premier à obtenir d'un cinéaste amateur témoin de la scène le film clé de cet évènement parmi les plus importants de l'histoire des Etats-Unis. Il réalisa ensuite, toujours pour CBS, de nombreux scoops et fût de toutes les grandes enquêtes de la presse américaine, de la guerre du Vietnam à la guerre en Irak en passant par les interviews sans concessions de Richard Nixon lors du scandale du Watergate ou de Bill Clinton pendant l'affaire Monica Lewinsky. Il y a 24 ans, précisément le 9 mars 1981, il succédait à Walter Cronkite pour présenter la très prestigieuse édition de 18H du journal télévisé de CBS Evening News. Sa mâchoire carrée et son style direct, non dénué parfois de fantaisie, étaient depuis devenus parmi les plus familiers du public américain. Peu d'"anchormen" — grands journalistes présentateurs des grands Networks --, hormis peut-être son prédécesseur sur CBS, Peter Jenning sur ABC et Tom Brokaw sur NBC (également sur le départ), connaîtront cette longévité et cette transformation en véritable icône médiatique des Etats-Unis.

Dan Rather termine toutefois sa carrière sur une polémique née lors de la dernière campagne électorale de George W. Bush. Le 8 septembre 2004, dans Sixty Minutes, son émission d'actualité, il avait présenté des documents accusant George W. Bush d'avoir été pistonné dans les années '70 pour échapper à la guerre du Vietnam. Ces informations étaient basées sur un rapport militaire qui s'est ensuite révélé être un faux. Le dérapage fût exploité au maximum par les conservateurs républicains qui en firent un "Rathergate", accusant CBS et Rather — notamment via les autres chaînes de télé et des blogs virulents publiés sur internet — d'être scandaleusement partisans des démocrates. Le présentateur fût obligé de présenter des excuses publiques. La polémique sur l'authenticité des documents et l'honnêteté professionnelle du journaliste couvrit en réalité la véritable affaire et personne ne sait encore aujourd'hui si l'actuel président des Etats-Unis a bien rempli son devoir envers son pays et s'il a menti sur le sujet de ses états de service militaire. Dan Rather annoncera son départ de l'antenne au lendemain de la réélection de George W. Bush à la Maison-Blanche. Il ne prend pas encore sa retraite et continuera à collaborer à CBS mais son poste envié d'"anchorman" est donné à un autre journaliste de la chaîne, Bob Schieffer.

Une page de l'histoire du journalisme télévisé aux Etats-Unis est tournée.