Jean Hélène

Le journaliste Jean Hélène a été assassiné à Abidjan (Côte d'Ivoire) le 21 octobre 2003. Un an après, à l'occasion de l'anniversaire de sa mort, un autre journaliste, Pierre-Edouard Deldique, lui rend hommage en faisant paraître aux éditions de la Martinière un recueil de 160 articles de son confrère intitulé écrits d'Afrique.

Grand reporter et correspondant de presse, Jean Hélène — pseudonyme de Christian Baldensperger — n'a cessé de parcourir pendant près de quinze ans le continent africain, chroniquant et relatant d'abord pour Le Monde ensuite pour Radio France Internationale, le quotidien de ces pays d'Afrique tourmentés par les guerres et les violences civiles: Kenya, Soudan, Zaïre, Ethiopie, Somalie, Rwanda, Côte d'Ivoire,... En octobre 2003, alors qu'il était depuis peu en poste à Abidjan pour assurer la correspondance de RFI, un policier l'abattait froidement d'une balle de kalachnikov dans la tête, sur le trottoir devant le siège même de la Police nationale. Dans un pays où le chaos et la haine anti-française se développaient, insuflés notamment par les sbires du président Laurent Gbagbo, le fonctionnaire n'avait pas supporté que le journaliste français attende ici des opposants politiques afin de recueillir leurs témoignages.

Précédés d'un texte retraçant la vie de Jean Hélène, les chroniques et reportages toujours rigoureux et humains réunis dans écrits d'Afrique sont un témoignage essentiel sur l'Afrique contemporaine. Ils viennent aussi rappeler les dangers courus par les journalistes pour simplement exercer leur travail dans ces pays où les pouvoirs autoritaires en place les considèrent le plus souvent comme des complices de leurs opposants.