Florian Zeller
Florian Zeller

Ouf ! La saison éprouvante des grands prix littéraires français se termine. Après les Goncourt, Femina, Médicis et Renaudot — à peu près tous aussi décevants et hypocrites que d'habitude — le Prix Interallié a remis son petit cadeau mardi 16 novembre. C'est un brillant petit jeune, Florian Zeller, déjà inscrit dans les sélections des autres prix mais finalement resté en bout de piste, qui l'a obtenu pour son troisième roman intitulé La fascination du pire, publié chez Flammarion. Il a été récompensé "pour sa jeunesse" et son "talent prometteur" nous disent les jurés de l'Interallié.

Né en 1979, Florian Zeller enseigne à Sciences-Po et en est à moins de 25 ans à son troisième roman et troisième récompense. Il est en effet l'auteur déjà remarqué de Neiges artificielles (Flammarion, Prix de la Fondation Hachette 2002) et de Les Amants du n'importe quoi (Flammarion, Prix Prince Pierre de Monaco 2003).

La fascination du pire raconte les découvertes d'un jeune écrivain invité à donner une conférence à l'Ambassade de France au Caire. Parti naïf et heureux, tout imprégné de la correspondance écrite d'Egypte par Gustave Flaubert en 1847, l'esprit plein de clichés littéraires et de fantasmes sur la sensualité orientale, il découvre sur place quelques réalités plus brutales et moins parfumées. La violence, la misère sexuelle et la montée de l'intégrisme musulman en particulier, qui ne laissent guère de place au tourisme littéraire façon écrivains voyageurs romantiques du XIXe siècle. "La fascination du pire, a-t-il dit, c'est cette attitude psychologique qui consiste à attendre quelque chose sans savoir quoi, tout en sachant que c'est une catastrophe. C'est la disposition psychique du narrateur mais aussi celle d'un Occident qui ne comprend pas très bien le rapport de forces dans lequel il est engagé avec l'Orient." Plutôt bien écrit, ce roman à petite thèse polémique du jour qui se veut une tentative de renouvellement de la littérature de voyage ne devrait pas manquer de nourrir les débats sur les bancs de Science-Po.

Parallèlement à son travail de romancier, Florian Zeller a également débuté cette année une carrière de dramaturge avec une pièce à succès, L'Autre, jouée actuellement au Théatre des Mathurins.