Teresa Cremisi
Teresa Cremisi

Teresa Cremisi était le bras droit d'Antoine Gallimard. Elle oeuvrait depuis seize ans à la direction éditoriale de la maison de la rue Sébastien-Bottin où elle s'est révélée être une brillante stratège, jusqu'à peut-être outrepasser quelque peu sa fonction et faire un peu trop d'ombre au PDG. Ou peut-être souhaitait-elle simplement accéder enfin à un poste de Numéro 1 dans une maison, certes moins prestigieuse que celle de la Nrf, mais qui semble avoir de grandes ambitions européennes et dont le chiffre d'affaires de 224 millions d'euros approche celui de Gallimard (265 millions d'euros). La très florentine éditrice a attendu la fin du Salon du Livre 2005 pour annoncer à la surprise générale sa démission des éditions Gallimard et son arrivée au poste de PDG de Flammarion. Pas de conflit toutefois à mettre sous la dent du milieu éditorial parisien. Dans un communiqué commun, Antoine et Teresa se disent attristés et expriment leurs meilleurs sentiments l'un vers l'autre, se félicitant du travail accompli ensemble depuis 1989.

Flammarion, propriété du groupe italien Rizzoli-Corriere della Sera (RCS MediaGroup) depuis 2000, n'avait plus de Président en titre depuis le départ fin 2004 de Ferruccio de Bortoli, parti prendre la direction du quotidien économique italien Il Sole 24 Ore. Le poste libre allait comme un gant à cette italienne de 60 ans, expérimentée, ambitieuse, influente et travailleuse, dont la carrière a commencé il y a quarante ans chez l'éditeur milanais Garzanti. Frédéric Morel, directeur général en charge de la gestion opérationnelle de Flammarion, conserve ses fonctions rue Racine. Il secondera la nouvelle présidente qui devient également, à l'occasion de sa nomination, une sorte de super éditrice conseillère en stratégie au niveau européen des diverses maisons de RCS Libri (Bompiani, Sansoni, Fabbri,...), le département édition du groupe italien qui est notamment présent en Italie, en France et en Espagne et génère environ 700 Millions d'Euros de Chiffre d'affaires.

Teresa Cremisi est née le 7 octobre 1945 à Alexandrie (Egypte) d'un père italien homme d'affaires et d'une mère espagnole sculpteur, tous les deux très cultivés et francophiles. Elle arrive en Italie en 1956 avec sa famille et entre en 1964 aux éditions Garzanti comme lexicographe, ayant pour tâche de rédiger et traduire des notices de dictionnaires. Elle y gravira tous les échelons jusqu'à devenir co-directrice de la maison en 1985. En 1989, elle est appelée en France par Antoine Gallimard dont elle deviendra le "premier ministre" selon le mot de Philippe Sollers, chapeautant la plupart des grands auteurs et des grandes collections (Quarto), négociant les contrats étrangers et l'arrivée de nouveaux auteurs, manoeuvrant pour les prix littéraires (les Goncourt de 2000 et 2001 et les Médicis de 2001 et 2004), lançant des best-sellers (Harry Potter), surveillant les relations publiques et, d'une façon générale, s'occupant avec efficacité de tout ce qui ce compte dans une grande maison d'édition française.

Teresa Cremisi est mère de deux enfants. Elle a été vice-présidente de l'ONG Action Contre la Faim et a récemment reçu la légion d'honneur.