Joe Klein

Signé Anonyme, mais la découverte de l'identité de son auteur, un éditorialiste américain reconnu, a provoqué un scandale, Couleurs Primaires raconte les coulisses d'une campagne présidentielle américaine pleine de violence, de trahison, mais aussi de passion et de naïveté, sans oublier une bonne dose de sexe. Le "roman" retrace la campagne électorale d'un certain Jack Stanton, gouverneur d'un Etat du Sud, à la fois terriblement ambitieux et coureur de jupons, en qui beaucoup ont cru reconnaître l'actuel président de l'Union, Bill Clinton.

Le livre a connu un succès extraordinaire, entretenu par les spéculations sur son auteur: plus d'un million d'exemplaires vendus et vingt traductions. Finalement, le 17 juillet, le Washington Post a confondu "Anonyme", grâce a des analyses graphologiques très poussées. Il s'agit de Joe Klein, journaliste à Newsweek, à la chaine CBS et commentateur politique reconnu. Klein avait nié pendant des mois être l'auteur de ce livre. Démasqué, accusé d'avoir gravement nui à la profession, Joe Klein a démissionné de CBS et "pris du recul" par rapport à Newsweek

L'intérêt de l'intrigue du roman tient a son parallélisme avec la course à l'investiture démocrate en 1992 de Bill Clinton, qui brigue actuellement un second mandat. Il dévoile la mécanique d'une campagne ou rien n'est laissé au hasard, ou tout est utilisé, même les accidents, les erreurs, ou encore les déclarations fracassantes d'anciennes maîtresses qui, par la magie d'une communication très étudiée, deviennent des atouts pour le candidat. A la lecture de ce livre, au style direct et efficace, on découvre la préparation des meetings, les interviews avec les "scorpions" (les journalistes), les relations avec les "muffins" (les bénévoles), plus appréciés lorsque ce sont des jeunes filles avenantes, les nuits dans les hôtels sordides de l'Amérique profonde, à déguster des pizzas devant des programmes de télévision déprimants lorsqu'il n'y a pas de retransmission de match de foot ou de basket, mais aussi l'exaltation devant le succès, les sondages qui montent, une bonne prestation à la télévision, un public qui répond chaleureusement ou encore la certitude qu'on est sur la bonne voie. Les Presses de la Cité ont choisi de publier le livre sous la mention "Anonyme", mais avec une introduction d'Edward Behr, journaliste et écrivain, pour qui "ce qui aurait pu être un banal succès de scandale est bel et bien un livre clé. Après sa lecture, on ne peut plus suivre les aléas de la politique américaine de la même façon".