Benjamin Fondane
Benjamin Fondane

Le Mal des fantômes présente enfin la totalité de la production poétique de Benjamin Fondane, poète juif roumain d'expression française gazé à Birkenau le 3 octobre 1944 à l'âge de 46 ans. Les éditeurs ont joint aux poésies publiées déjà en français, le premier recueil écrit en roumain vers 1917 par Fondane: Paysages, traduit par Odile Serre.

Ce qui frappe le plus le lecteur d'aujourd'hui dans la poésie de Fondane, c'est l'aspect visionnaire de son oeuvre dominée par le pressentiment de l'imminence d'un grand désastre. Dans un de ses premiers poèmes, datant de 1917, Parade, Fondane écrivait: "Tombez, empires, voila que se lèvent les fous / pour recueillir dans les poèmes des fragments d'abîme", et dans Titanic publié en 1937, le pressentiment a été énoncé d'une manière plus précise: "C'est un rêve effrayant et je m'y trouve encore / et soudain c'est un vent furieux de destruction / immobile - dégels dans les pôles, démences / longues agressions mijotantes, perfides / couvées aux chefs-lieux de l'esprit". Dans un de ses derniers textes, Refus du poème, écrit en 1943, Fondane parle des "forçats d'Allemagne" et a fait ce tragique constat: "Je n'entends plus les prières des synagogues". A partir de ce sombre pressentiment, Fondane a développé une thématique très riche qui évoque à la fois l'exil, l'errance, l'anonymat et la solitude des immigrants, l'écrasement de l'individu par l'histoire, la voix dans le désert, la folie des hommes, la soif d'amour et l'aspiration à la normalité, qui donnent à cette oeuvre émouvante une portée universelle et la rendent d'une actualité permanente tant que perdure la souffrance dûe à la fureur de l'histoire.

Les mêmes éditeurs ont publié un recueil de textes et documents réunis par Pierre Beray et Michel Carassou sous le titre: Le voyageur n'a pas fini de voyager, qui comprend la correspondance de Fondane avec des contemporains célèbres tels Antonin Artaud, Jean Cocteau, Gaston Bachelard, Tristan Tzara, etc... Parlant surtout des livres de Fondane ou de ceux de ses correspondants, cet ouvrage passionnant constitue un document capital sur la vie intellectuelle en France entre 1925 et 1943.