Mazarine Pingeot
Mazarine Pingeot

À un mois de sa sortie en librairie, le livre de Mazarine Pingeot provoque déjà la polémique. Le Cimetière des poupées, à paraître le 16 août chez Julliard, est un roman inspiré à la fille de l'ex-président de la République François Mitterrand par l'affaire Courjault, dite aussi des bébés congelés.

Rappel du fait divers: le 23 juillet 2006, Jean Louis Courjault signale à la police coréenne la présence de deux bébés morts dans le congélateur de la maison qu'il occupe à Séoul avec sa femme, Véronique Courjault, et leurs enfants. Dans un premier temps ils nient tout lien de paternité mais les tests ADN effectués par la police les désignent comme les parents des deux nouveau-nés. De retour en France, et après trois mois de dénégations, Véronique Courjault, 38 ans, avoue le meurtre de deux bébés en Corée ainsi qu'un troisième infanticide commis en 1999 à Villeneuve-la-Comtesse (Charente-Maritime). Inculpée d'assassinat, elle est incarcérée à Orléans, son mari mis en examen pour complicité mais laissé libre sous contrôle judiciaire. Sauf retard dans l'instruction toujours en cours, le procès aura lieu vers fin 2008.

Attendant elle-même un deuxième enfant, Mazarine Pingeot s'est emparée de cette affaire qu'elle romance à sa manière en racontant l'histoire d'une mère infanticide qui, selon le texte de 4e de couverture, "se souvient du fond de son cachot de la lente descente aux enfers qui l'a menée à l'irréparable: tuer son enfant". Mais à Chinon, région de la famille Courjault, l'annonce de la sortie du Cimetière des poupées pour la prochaine rentrée littéraire a choqué. Près de deux cents personnes se sont mobilisées et ont signé une pétition pour, sinon faire interdire, du moins retarder la publication du livre. La mère de Jean-Louis Courjault s'est chargée de l'envoyer aux éditions Julliard. Pour eux, l'affaire, qui les concerne plus ou moins directement en tant que famille, proches et amis, n'est pas encore jugée et il est surtout nécessaire de préserver les deux enfants du couple. Ils estiment que la médiatisation à grande échelle du livre de Mazarine Pingeot va inévitablement replonger dans cette histoire les deux enfants, déjà fortement traumatisés, qui vivent toujours avec leur père. Pour Marie-Françoise Canal, à l'initiative de la pétition, il ne s'agit pas d'une attaque contre l'auteur. "Nous n'avons rien contre Mazarine Pingeot mais [...] cette petite a sans doute apprécié que les médias la laisse tranquille durant son enfance. Pourquoi ne fait-elle pas de même ?" explique-t-elle dans le quotidien régional La Nouvelle République.

Le Cimetière des poupées est le cinquième livre de Mazarine Pingeot, après Premier roman (1999), Zeyn ou La reconquête (2002), Ils m'ont dit qui j'étais (2003) et son récit autobiographique intitulée Bouche cousue, publié en 2005 et vendu à 200.000 exemplaires.