Le Monde
Le Monde

Alain Minc a été réélu jeudi 28 juin président du Conseil de surveillance du Monde SA, poste qu'il occupe depuis 1994. Contestant les conditions de sa reconduction — il n'aurait pas obtenu les onze voix d'administrateurs de la holding Le Monde et Partenaires Associés (LMPA) nécessaires au renouvellement de son mandat --, les représentants de la Société des rédacteurs du Monde (SRM) ont quitté la réunion en signe de protestation, bloquant ainsi la suite des votes et donc la nomination prévue de Pierre Jeantet comme président du directoire en lieu et place de Jean-Marie Colombani. Alain Minc se dit prêt à aller en justice pour faire valoir la régularité de son élection. Communiqués:

• Le communiqué du Groupe Le Monde :

Le Conseil de Surveillance de la société Le Monde et Partenaires Associés s'est réuni jeudi 28 juin 2007. Sur le vote concernant le président du conseil de surveillance, 10 voix ont été enregistrées pour Alain Minc, 7 contre et 3 abstentions. Les représentants de la Société des rédacteurs du Monde (SRM) s'étant retirés du conseil, il n'a pu être procédé pour le Directoire qu'à l'élection à la majorité simple de Bruno Patino et Eric Fottorino. En effet, l'absence des représentants de la SRM a empêché Pierre Jeantet de recueillir la majorité qualifiée de 16/20ème des voix, avec la voix positive des rédacteurs.

Le Conseil de Surveillance de la société Le Monde SA s'est réuni. Il a élu Alain Minc, président par 11 voix, 2 abstentions et 5 contre. Il a élu Jean-Michel Dumay, vice-président. Il a élu, à la majorité simple, Bruno Patino et Eric Fottorino, membres du directoire, l'un comme vice-président, l'autre comme directeur du journal Le Monde. Il n'a pu, à ce stade, procéder à l'élection de Pierre Jeantet en qualité de président du directoire, la majorité qualifiée de 14/18ème n'ayant pas été atteinte à la suite de l'abstention de la SRM.

Le Conseil de Surveillance de la Société Editrice du Monde (SEM) s'est également réuni. Il a élu Alain Minc, président par 9 voix, 3 abstentions et 6 contre. Il a élu, à la majorité simple, Bruno Patino et Eric Fottorino, membres du directoire, l'un comme vice-président, l'autre comme directeur du journal Le Monde. Il n'a pu, à ce stade, procéder à l'élection de Pierre Jeantet en qualité de président du directoire, la majorité qualifiée de 14/18ème n'ayant pas été atteinte à la suite de l'abstention de la SRM.

Un nouveau conseil de surveillance sera convoqué dans des délais rapprochés.

• Le communiqué de la Société des Rédacteurs du Monde :

Les conseils de surveillance des sociétés Le Monde partenaires et associés (LMPA) et Société éditrice du Monde (SEM) se sont réunis, jeudi 28 juin, pour procéder à l'élection de leur président et vice-président et à la désignation des membres du directoire. Alain Minc sollicitait le renouvellement de son mandat. Sa candidature a recueilli 10 voix pour — celles des administrateurs "externes" --, 7 voix contre — les deux représentants de la Société des rédacteurs du Monde (SRM), le représentant de la Société des cadres du Monde, la représentante de la Société des employés du Monde, le représentant de la Société des personnels du Monde, les deux représentants de la Société civile des personnels du groupe des Publications de la Vie catholique (SCPVC) et 3 abstentions — les deux représentants de l'Association Hubert Beuve-Méry et le représentant de la Société des journalistes de Midi libre (Sojomil). Selon les statuts de LMPA, celle-ci devait recueillir la majorité des 20 membres présents ou représentés, soit 11 voix. Claude Perdriel, qui présidait la séance, a affirmé, en dépit de cette absence de majorité, qu'Alain Minc était "confirmé dans sa fonction de président du conseil de surveillance" et a proposé de procéder à la désignation du directoire. Le président de la SRM, Jean-Michel Dumay, a contesté la validité de la nomination d'Alain Minc. Claude Perdriel a refusé de revenir sur sa décision à l'issue d'une suspension de séance. Les deux représentants de la SRM ont alors décidé de quitter la salle du conseil. Ils ont été suivis par le représentant de la société des cadres du Monde, la représentante de la société des employés du Monde, les deux représentants de la Société civile des personnels du groupe des Publications de la Vie catholique (SCPVC), le représentant de la Société des journalistes de Midi libre (Sojomil) et les deux représentants de l'Association Hubert-Beuve-Méry. Dès lors, la désignation des membres du directoire n'a donc pu valablement aboutir. A la suite de cette réunion, le conseil de surveillance du Monde SA (filiale de LMPA, au capital de laquelle se trouvent Lagardère et Prisa), dont la composition et les majorités requises sont différentes, s'est réuni. Alain Minc a été élu président du conseil de surveillance avec les voix de Lagardère et de Prisa. Le président du conseil de gérance de la SRM a contesté cette élection, contraire aux règles de vote en vigueur dans le groupe. Estimant qu'ils n'étaient pas mandatés compte tenu de la situation ainsi créée, les représentants de la SRM, de la Société des cadres du Monde, de la Société des employés du Monde et de la SCPVC se sont abstenus sur la désignation du directoire. Le conseil de gérance de la Société des rédacteurs du Monde (SRM) condamne l'attitude d'Alain Minc qui, pour assurer son maintien à la tête des conseils de surveillance du groupe, a refusé de respecter les statuts et les règles de vote en vigueur. En passant en force, il a pris le risque de provoquer une crise dont la conséquence est d'interrompre le processus de renouvellement des instances dirigeantes du Monde soutenu par la SRM.