Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Parti Socialiste

Parti Socialiste

Jean-Marc Ayrault, président du groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l'Assemblée Nationale (204 députés) a annoncé mercredi 27 juin la formation d'un "contre-gouvernement" de gauche dont la mission est de "suivre les grands domaines de l'action gouvernementale". Ses membres devront marquer à la culotte les ministres du gouvernement Fillon dans les domaines de compétences qui lui sont attribués. "Sur chaque texte de loi, sur chaque initiative du gouvernement, ces responsables diront ce que nous en pensons, ce que nous ferions à la place du gouvernement si nous ne sommes pas d'accord avec ce qu'il fait", a déclaré le député-maire de Nantes, ajoutant que "Nous ne nous contenterons pas de dire non, nous dirons ce que nous proposons comme solution alternative".

André Vallini, nommé porte-parole du groupe avec Aurélie Filippetti, a réfuté le terme de "shadow cabinet" (cabinet fantôme) comme il en existe un au Royaume-Uni. Il préfère plutôt parler d'une "équipe" composée "de députés combatifs responsables qui connaissent bien leurs dossiers et qui ont des idées à défendre". Selon lui, il s'agit avant tout de constituer une opposition constructive: "Nous voulons être combatifs pour combattre les projets de loi et les réformes qui nous paraitront dangereuses, néfastes, et constructifs parce qu'il y aura des réformes sans doute, je l'espère, qui iront dans le bons sens", a-t-il expliqué.

L'équipe contre-gouvernementale, composée des 22 vice-présidents du groupe SRC, compte peu de leaders nationaux mais accueille sept femmes, des représentants de la diversité, plusieurs nouveaux députés et plusieurs proches de Ségolène Royal. Sandrine Mazetier, la "tombeuse" d'Alain Juppé à Bordeaux hérite ainsi du portefeuille virtuel de l'Éducation et Michèle Delaunay, qui a battu Arno Klarsfeld à Paris, de celui du grand âge. Patrick Bloche prend en charge la Culture et la Communication, George Pau-Langevin l'Immigration et le Co-développement, Marisol Touraine la protection sociale, Jean-Yve Le Bouillonnec la Ville et le logement, Pascal Terrasse la Santé, Pascal Roman les Institutions, Patricia Adam la Défense, Gaëtan Gorce le Travail, Victorin Lurel l'Outre-mer, Jean-Louis Idiart les Finances (Jérôme Cahuzac avait été initialement désigné mais les députés socialistes de la commission des Finances ont contesté sa nomination), Alain Vidalies les Entreprises, Martine Lignières-Cassou les Transports, Alain Clayes l'Enseignement supérieur, Jean-Yves Le Déaut la Recherche, François Brottes les Affaires économiques et Geneviève Gaillard l'Environnement.

Par ailleurs, dans les nouvelles instances du groupe socialiste à l'Assemblée, Manuel Valls est désormais responsable de la Commission des Lois, Arnaud Montebourg, ancien porte-parole de Ségolène Royal, est nommé premier vice-président du groupe, chargé de la Commission Prospective (ministère actuellement occupé dans le gouvernement sarkozyste par l'ex-socialiste Eric Besson). Face à Jean-Louis Borloo, Numéro 2 du gouvernement, c'est le fabiusien Philippe Martin, nommé deuxième vice-président, qui prend en charge le Développement durable et l'agriculture. Jean-Marc Ayrault coordonne quant à lui les Affaires étrangères et européennes, face à l'ex-socialiste Bernard Kouchner propulsé par Nicolas Sarkozy au Quai d'Orsay.