Michael Moore
Michael Moore

À quelques jours de la présentation à Cannes de Sicko, son dernier documentaire consacré au système de santé américain, le cinéaste américain Michael Moore fait l'objet des attentions particulières de l'administration Bush. Michael Moore est en effet depuis le 2 mai sous le coup d'une enquête civile du département américain du Trésor pour violation de l'embargo contre Cuba. Cet embargo commercial instauré par Washington frappe depuis 45 ans le régime castriste en interdisant aux citoyens américains de dépenser de l'argent dans l'île. L'administration américaine reproche au réalisateur d'avoir enfreint cet embargo en emmenant en mars dernier à Cuba, pour le tournage de certaines scènes de Sicko, une dizaine de secouristes du 11-Septembre souffrant de troubles après les travaux de déblaiement du World Trade Center. Ceux-ci sont semble-t-il aujourd'hui dans l'incapacité de se soigner aux Etats-Unis en raison des carences de la couverture médicale américaine, facultative et qui dépend des employeurs. Le but provocateur du cinéaste était visiblement de comparer l'efficacité des systèmes de soins de Fidel Castro à ceux de George Bush.

Bête noire du président américain depuis le célèbre brulôt Fahrenheit 9/11, Michael Moore dénonce une tentative d'intimidation. Il vient d'adresser une lettre ouverte au secrétaire du Trésor Henry Paulson où il accuse la Maison Blanche d'avoir ouvert cette enquête contre lui pour des raisons strictement politiques, à cause de ce film qui montre toute l'horreur du très libéral système de santé américain sous George W Bush, président élu et réélu avec l'important soutien financier des laboratoires pharmaceutiques et des groupes de santé privés qu'il dénonce dans Sicko. Pour Michael Moore, "Pendant cinq ans et demi, l'administration Bush a ignoré et négligé les héros de la communauté du 11-Septembre. Ces premiers sauveteurs héroïques ont été livrés à eux-mêmes, sans couverture de santé et sans soins. Je comprends pourquoi l'administration Bush s'est lancée à ma poursuite: j'ai tenté d'aider les mêmes personnes qu'elle refuse d'aider. Mais à moins que George W. Bush rende illégale l'aide de son prochain, je n'ai enfreint aucune loi et je n'ai rien à cacher", écrit-il dans cette lettre mise en ligne sur son site internet. Il estime que "la décision de lancer cette enquête représente le dernier exemple d'utilisation abusive du gouvernement fédéral pour des raisons purement et bassement politiques" et exhorte l'administration Bush "à utiliser plutôt son temps et ses ressources à soutenir les vrais héros du 11-Septembre."

Avant de sortir le 29 juin aux Etats-Unis et le 17 octobre en France, Sicko sera présenté le 19 mai au Festival de Cannes, hors compétition mais en première mondiale. Deux autres documentaires de Michael Moore y ont été récompensés ces dernières années: Bowling for Colombine, Prix du Festival de Cannes 2002 et Fahrenheit 9/11, Palme d'or 2004.