Arielle Dombasle
Arielle Dombasle

Arielle Dombasle — Arielle Laure Maxime Sonnery de Fromental pour l'état civil — est née le 27 avril 1953 à Hartford (Connecticut, USA). Elle passe son enfance au Mexique où son grand-père Maurice Garreau-Dombasle est ambassadeur de France. Formée à la danse, au théâtre et à la musique, elle entame très tôt une carrière de mannequin puis de comédienne et devient l'égérie du réalisateur Eric Rohmer qui lui offre en 1978 son premier rôle au cinéma dans Perceval le Gallois.

Arielle Dombasle joue ensuite dans des séries TV américaines comme Lace ou Miami Vice puis dans de nombreux films français d'abord plutôt intellectuels (Le Beau Mariage d'Eric Rohmer, La Belle Captive d'Alain Robbe-Grillet, Pauline à la plage d'Éric Rohmer, Incognito d'Alain Bergala, Fado majeur et mineur de Raoul Ruiz, L'Absence de Peter Handke,...) et ensuite grand public (Un indien dans la ville d'Hervé Palud, Astérix et Obélix contre César de Claude Zidi, Les parisiens de Claude Lelouch, etc.), en passant par ce qui reste sans doute comme le plus célèbre navet du cinéma français de l'année 1998, Le Jour et la nuit, de Bernard-Henri Lévy, avec Alain Delon. Elle a reçu elle-même le Bidet d'or 2004 du second rôle pour pour Lovely Rita Sainte Patronne des cas désespérés.

Arielle Dombasle a également réalisé deux films (Chassé croisé (1982), Les Pyramides bleues (1988)) et interprété plusieurs rôles au théâtre. Chanteuse et musicienne, elle est l'auteur de six albums dont notamment Extase (2003), Amor Amor (2004) et C'est si bon (2006).

Elle a été nominée aux Gérard Music Awards 2006 pour "le prix de la plus mauvaise chanteuse bénéficiant des réseaux de son mari", l'ex-nouveau philosophe Bernard-Henry Lévy qu'elle a épousé en secondes noces et en grande pompe le 19 juin 1993 à Saint-Paul de Vence. Parmi les réparties les plus spirituelles d'Arielle Dombasle, citons sa réponse au questionnaire de Proust: "Quelle est la qualité que vous préférez chez un homme ?", réponse "La pénétration", ou encore à un journaliste qui lui demandait si elle irait en Bosnie avec son mari lors de la guerre en ex-Yougoslavie, elle répondit "Je n'irai pas avec lui en Bosnie car il ne va pas avec moi chez Chanel."