Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

Ségolène Royal

Ségolène Royal

Ségolène Royal répond à Marie-Françoise Colombani, éditorialiste à Elle, dans Maintenant, publié chez Hachette Littératures. Présenté sous forme d'un abécédaire de quelque 190 mots -- de "ANPE" à "Zen" en passant entre autres par "Femmes", "Immigration" et "Internet" -- cette synthèse d'entretiens réécrits aborde plusieurs thèmes à la fois politiques et personnels et est l'occasion pour la candidate socialiste de développer sa vision de la France.

Côté politique, campagne présidentielle oblige, Ségolène Royal reprend à quelques détails près les propositions de son Pacte présidentiel issues des débats citoyens participatifs, que ce soit sur l'éducation, les institutions, le logement, l'emploi, la démocratie participative, l'impôt citoyen qui fusionnerait l'impôt sur le revenu et la CSG, l'entrée "pas maintenant mais plus tard" de la Turquie dans l'Europe ou encore la suppression des "parachutes dorés" des grands patrons. La candidate du Parti Socialiste, se pose en "femme libre" et met en avant les "trois révolutions" dont elle est porteuse: 1) Une femme à la présidence de la République pour la première fois dans l'histoire de France; 2) Une mise à jour du "logiciel socialiste" et 3) Une autre façon de faire de la politique.

Sur le Parti Socialiste qui "s'est quelque peu glacé" et aurait "tendance à s'enliser dans la répétition mécanique" elle entend bien le "dépoussiérer" idéologiquement pour le propulser enfin dans le XXIe siècle, sans toutefois rompre avec les trois grandes figures de son panthéon: Pierre Mendès France, Jacques Delors et surtout François Mitterrand. Le titre de son livre ne manque d'ailleurs pas de rappeler celui de l'ancien Président de la République, Ici et Maintenant, publié peu avant l'élection de mai 1981. Ségolène Royal s'explique aussi longuement sur son engagement à gauche et les valeurs qui la poussent à se présenter aujourd'hui à la présidentielle. "J'aime la France, son histoire pleine de bruit et de fureur, mais aussi de douceur, de moments radieux, j'aime sa langue, j'aime ses paysages". [...] "Je suis née dans un milieu de droite, mais je ne partage pas ce pessimisme social, ce respect du désordre établi, cette vénération pour le libéralisme économique et la loi du plus fort" [...] "C'est à gauche que j'ai trouvé ce désir d'émancipation et de fraternité", écrit-elle.

Concernant Nicolas Sarkozy, face à sa "volonté inquiétante de tout contrôler", à sa "boulimie de pouvoir" et à sa "confusion des genres et des moyens", elle oppose une conception du pouvoir simple, sobre, efficace et transparente. Elle critique durement l'aptitude à la "provocation langagière" du candidat UMP, sa façon de stigmatiser les jeunes de banlieues et les populations immigrées, ainsi que son échec comme ministre de l'Intérieur, tant sur les questions de sécurité que d'immigration. Quant au programme social de ce dernier, elle souligne avec une certaine justesse que c'est un "CPE pour tous les salariés", "la course aux heures supplémentaires", la "suppression du droit de grève" et "la retraite à 70 ans".

Le candidat UDF François Bayrou, "homme de droite" qu'elle accuse de "se moquer des Français" avec "l'illusion d'un dépassement du clivage entre la droite et la gauche", n'est pas épargné non plus par les critiques, même si c'est dans une moindre mesure que Nicolas Sarkozy.

Sur les femmes, Ségolène Royal réafirme ses convictions en matière d'émancipation féminine. "Etre féministe, pour moi, ce n'est pas être hostile aux hommes, c'est refuser un système de domination masculine dont ils sont, eux aussi, prisonniers", écrit-elle, estimant que "Au bout du chemin, il n'y a pas l'indifférenciation des sexes, mais des hommes et des femmes enfin libres et égaux". Et dans sa volonté de rassembler toutes les françaises hors des étiquettes politiques, elle n'oublie pas de rendre hommage à l'action et au courage de Simone Veil et de se référer à un certain nombre de figures féminines telles que Louise Michel, Hillary Clinton, Jeanne d'Arc, "hérétique pour ses juges, héroïque pour son peuple", et même Bernadette Chirac, dont elle ne "partage pas les idées" mais "estime la ténacité".

Côté Internet et Nouvelles technologies elle veut garantir l'accès au haut débit sur l'ensemble du territoire et préconise des aides aux familles, sous conditions de ressources, pour que chaque foyer français puisse avoir accès au Net. Concernant le téléchargement en ligne elle réafirme son opposition à la loi DADVSI adoptée en 2006 et indique vouloir reprendre ce chantier dans le cadre d'une politique plus large de démocratisaton de l'accès à la culture.

Plus futiles et anecdotiques, Ségolène Royal livre aussi dans Maintenant un certain nombres de confidences et d'avis tout personnels sur sa vie de couple pacsé sur lequel courent toutes les rumeurs, son compagnon François Hollande qu'elle aurait voulu épouser en pirogue à Tahiti et qui aurait été "un excellent candidat si les circonstances avaient été réunies", ses quatre enfants "absolument formidables" baptisés à l'âge de 12 ans, ses souvenirs d'enfance, son film et son livre préféré, La leçon de piano de Jane Campion et Les contemplations de Victor Hugo, etc...

Revendiquant "l'honnêteté" pour principale qualité mais déplorant un excès "d'amour-propre", ce qui l'amène "parfois à être un peu cassante", Ségolène Royal suggère, lorsque la journaliste lui demande de rédiger une épitaphe: "Elle comprenait les Français et a servi la France avec courage".

------

Ségolène Royal, Maintenant (Éditions Hachette).