Google | Twitter | Facebook | Blog | Lettre d'information | Fnac | Kobo | iTunes | Amazon

La République des Lettres

Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke
Lettres à un jeune poète

La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0207-4
Livre numérique (format ePub)
Prix : 5 euros
Disponible chez • FnacAmazonKoboiTunes

José Bové

José Bové

La candidature de José Bové n'étant pas celle d'un parti uniforme mais de tout un ensemble de sensibilités diverses réunies sous le vocable de gauche antilibérale, le leader altermondialiste a présenté mercredi 14 février une équipe de campagne collective et paritaire qui compte pas moins de 20 porte-parole -- 10 hommes et dix femmes -- pour porter la voix des sans-voix. Parmi eux, Jacques Perreux (vice-président PCF du Conseil général du Val-de-Marne) désigné directeur de campagne, Yves Salesse (Président de la Fondation Copernic), Patrick Braouezec (député PCF de Seine-Saint-Denis), Fernanda Marrucchelli (membre du Bureau national du PCF), Francine Bavay (membre du Bureau national des Verts, élue au Conseil régional d'Ile-de-France), Roland Mérieux (Alternatifs), Rémi Jean (LCR), François Dufour (ex-porte-parole de la Confédération paysanne), Gilles Lemaire (ex-secrétaire national des Verts), ainsi que des responsables politiques et/ou militants de divers associations, syndicats ou collectifs sociaux, altermondialistes, écologistes ou libertaires comme Raoul-Marc Jennar, Christophe Aguiton, Nordine Iznasni, Omeyya Seddik, Clément Aumeunier, Eros Sana, Bernard Loche, Yannis Youlountas, etc.

Côté organisation, un local de campagne est loué rue de Ménilmontant (Paris 20e), plusieurs grandes salles sont retenues pour au moins 13 meeting en province et à Paris, deux sites web sont totalement dédiés à la campagne, et des affiches frappées d'un coquelicot où figurent les slogans "Un autre monde est en marche" et "Osez Bové" sont imprimées en quantité pour les milliers de bénévoles qui commencent à s'activer un peu partout en France. L'ensemble de la campagne est placé sous le signe d'Antigone, héroïne de la mythologie grecque, une femme "qui a résisté au pouvoir absolu", à l'époque celui du roi mais qui peut être rapproché aujourd'hui de celui "des armes, de l'argent et d'une vision machiste de la société". "Antigone est le symbole de quelqu'un qui a osé lutter et a préféré ses valeurs à la logique du pouvoir", a expliqué l'ancien objecteur de conscience actuellement condamné à 4 mois de prison ferme pour avoir participé à l'arrachage d'un champ de maïs transgénique.

José Bové a par ailleurs annoncé que 232 parrainages ont à ce jour été recueillis pour soutenir sa candidature. Il a lancé un nouvel appel aux maires, estimant qu'il y aurait "déni de démocratie" s'il ne parvenait pas à obtenir d'ici au 16 mars les 500 signatures nécessaires pour se présenter officiellement en raison de consignes de boycott données aux élus par certains partis politiques.

Enfin José Bové -- s'il n'approuve pas totalement le programme de la candidate socialiste Ségolène Royal qui "va dans le bon sens" mais se résigne à "accompagner la logique libérale" -- déclare que son combat est avant tout axé contre Nicolas Sakozy, un "petit Bush européen". Pour lui le candidat de l'UMP est quelqu'un de réellement dangereux, à la fois sur le plan intérieur au niveau social mais aussi au niveau international parce qu'il "pourrait nous entraîner dans des situations absolument ingérables". Nicolas Sarkozy est "un va-t-en-guerre prêt à tout pour réaliser ce qu'il veut", a-t-il déclaré.

Selon les derniers sondages, José Bové est crédité d'environ 4% d'intentions de votes contre 2% pour Dominique Voynet, 2% pour Marie-George Buffet, 3% pour Olivier Besancenot, 3% pour Arlette laguiller, 10% pour Jean-Marie Le Pen, 14% pour François Bayrou, 26% pour Ségolène Royal et 33 % pour Nicolas Sarkozy.