Microsoft Windows Vista
Microsoft Windows Vista

L'événement techno-culturel de la semaine est le lancement officiel auprès du grand public de la dernière version du système d'exploitation de Microsoft, Windows Vista. Six ans après Windows XP et avec deux années de retard, le dernier OS (Operating System) de la multinationale de Redmond arrive sur le marché de la micro-informatique, accompagné de trois autres produits (non-inclus): Office 2007, dernière mouture de la célèbre suite logicielle bureautique (Word, Excel,..), Windows Live OneCare, un nouvel antivirus, et un logiciel de messagerie baptisé Exchange Server.

Microsoft, qui a investi 500 millions de dollars pour sa campagne de promotion relayée par des médias peu regardants, magnifie les nouvelles fonctionnalités de Windows Vista: Windows Defender et Windows Firewall pour une meilleure sécurité, Quick Search pour retrouver des documents par mots-clés sur le disque dur, Windows Aero pour l'interface graphique en 3D et fenêtres transparentes, Windows Experience Index pour mesurer les ressouces système en cours de session, version 10 de la librairie de programmation DirectX, logiciels multimédia et Gadgets divers pour le fun et la communication, protocoles de sauvegarde, module de contrôle parental, navigateur Internet Explorer 7, etc... L'une des principales caractéristiques des 10.000 développeurs et ingénieurs employés par Microsoft étant de copier les innovations des autres entreprises du secteur comme Apple, Mozilla ou Google entre autres, la quasi totalité de ces "innovations" technologiques existent déjà depuis longtemps sur les systèmes concurrents, notamment sur le Mac OS X d'Apple sorti en avril 2005.

Histoire de simplifier la donne, pas moins de quatre versions et six éditions différentes de Windows Vista sont commercialisées par Microsoft, de la "Basique familiale" à l'"Ultimate" en passant par la "Familiale premium", l'"Entreprise" et la "Professionnelle". Les prix de vente — 40 % plus cher en Europe qu'aux États-Unis — s'échelonnent de 305 euros pour l'édition basique sans interface ni fonctions multimedia à 595 euros pour l'usine à gaz intégrale et de 145 à 380 euros pour une mise à jour — très contraignante — à partir de XP. La facture est donc relativement salée, d'autant plus que pour tourner correctement avec toutes ses fonctionnalités, Windows Vista demande de posséder un PC datant de moins de six mois avec un processeur cadencé à 3 Gigahertz, une puissante carte graphique compatible DirectX 9 et au minimum 1 Go de mémoire RAM.

Développé depuis 5 ans sous le nom de "Longhorn", Windows Vista — 50 millions de lignes de code selon les experts — a coûté la bagatelle de 6 milliards de dollars à Microsoft. Mais pour l'entreprise, Windows est avant tout une formidable machine à cash qui génère 80 % de marge bénificiaire, lui assurant jusqu'à présent plus de la moitié de ses revenus. 90% de ses profits proviennent du couple Windows / Office, même si son secteur loisirs numériques (console Xbox, jeux vidéo,...) a connu en 2006 une forte hausse avec 3 milliards de dollars de chiffre d'affaires. En raison de la situation de monopole dans laquelle s'est installée depuis deux décennies la firme de Bill Gates, 90% des ordinateurs de la planète fonctionnent encore sous Windows (dont 75% sous Windows XP). Non pas que Windows soit meilleur que les autres systèmes d'exploitation comme Mac OS d'Apple ou Linux mais, à grands coups de marketing, d'ententes commerciales et de pratiques anti-concurrentielles, l'éditeur de Redmond est parvenu à imposer aux principaux constructeurs mondiaux de PC que Windows soit préinstallé et donc vendu d'office sur leurs machines. Le consommateur bien souvent novice en la matière n'a ainsi pas ou peu d'autre choix que d'acheter un PC déjà équipé de Windows dans les boutiques et les rayons micro-informatique des supermarchés.

Les analystes estiment que 100 millions d'exemplaires de Windows Vista pourraient être vendus pendant l'année 2007, dont 35 millions aux Etats-Unis, les premiers des quelque 800 millions d'utilisateurs potentiels étant les jeunes amateurs de nouveaux jeux vidéo DirectX 10 qui ne fonctionnent pas sur XP. Cela représente environ 4 milliards de dollars de revenus pour le leader mondial du logiciel. La plupart des experts pensent toutefois que le rythme global de migration vers Vista pourrait être assez lent et dépasser quatre ou cinq ans. Selon eux Windows Vista est certes plus pratique et plus fiable que les anciens Windows, mais il nécessite de s'équiper d'un nouvel ordinateur et il ne comporte rien de révolutionnaire. Ses performances ne sont guère supérieures à celle de Windows XP qui suffit encore largement aux besoins quotidiens de bon nombre d'utilisateurs. De plus certains problèmes de compatibilité peuvent surgir avec des périphériques et applications tournant sous XP. Surtout, il ne s'agit que d'un OS de plus, sans doute le dernier sous cette forme pour Microsoft, alors que la tendance va nettement vers de nouveaux systèmes type média center, machines communicantes et services en ligne qui risquent de débarquer sous peu à grande échelle sur le marché pour remplacer progressivement les systèmes d'exploitation classiques. Enfin certains constructeurs et grandes enseignes de vente de micro-ordinateurs, poussés par les organisations de consommateurs, commencent à vendre des machines nues, laissant à l'utilisateur le soin d'y installer le système d'exploitation de son choix. Plutôt que de migrer vers Vista, beaucoup d'utilisateurs particuliers ou entreprises, à l'instar désormais de nombreuses administrations en France et en Europe, pourraient donc choisir d'attendre ou peut-être même de se tourner vers Linux. Les OS Linux, comme par exemple Linux Ubuntu, offrent en effet une très sérieuse alternative à Windows et présentent en outre l'avantage d'être des logiciels libres et gratuits. Autre concurrent à revenir en force sur le marché avec maintenant 5% des ventes au détriment des PC sous Windows, Apple, dont les nouvelles machines Mac Intel offrent désormais la possibilité d'installer Windows en complément de son très performant et très convivial système Mac OS X dont la version 10.5, baptisée Léopard, déjà destinée à reléguer Windows Vista aux oubliettes de la technologie, est attendue dans moins de six mois.

Même si les profits de la firme fondée par Bill Gates sont toujours aussi astronomiques, beaucoup d'experts s'accordent donc à dire que l'entreprise a commencé à décliner et que Vista pourrait être son dernier chant du cygne. Elle doit faire face à de nouveaux concurrents beaucoup plus dynamiques qui offrent des produits plus performants et plus innovants. Le baladeur musical iPod d'Apple écrase par exemple littéralement le Zune de Microsoft qui culmine à 2% du marché. Sur le plan des applications, de nombreux utilisateurs se tournent également entre autres vers OpenOffice, une suite bureautique très complète et gratuite qui remplace Microsoft Office, et vers Firefox, le navigateur gratuit de Mozilla qui remplace lui Microsoft Internet Explorer. Côté services sur internet — applications bureautique en ligne et moteurs de recherche --, Microsoft ne parvient pas non plus à s'imposer face à des rivaux comme Google ou Yahoo!

A noter enfin que Microsoft commence à payer ses pratiques anti-concurrentielles. Condamnée il y a trois ans par la Commission Européenne à payer une amende d'un demi-milliard d'euros, la multinationale est de nouveau dans la ligne de mire de Bruxelles. Plusieurs grandes entreprises du secteur — IBM, Oracle, Nokia, Sun Microsystems, Adobe, Oracle, Corel, RealNetworks, Red Hat,... — représentées par l'European Committee for Interoperable Systems (ECIS), ont récemment déposé plainte contre l'entreprise qui refuse encore de respecter les lois européennes sur la concurrence, notamment en matière d'interopérabilité. Avec Windows Vista et Office 2007, Microsoft continue en effet comme à son habitude de profiter de son quasi monopole pour étrangler ses concurrents en rendant sa plateforme incompatible avec leurs logiciels.