Microsoft Search Books
Microsoft Search Books

Deux ans après Google, Microsoft lance une version beta de sa bibliothèque numérique, intitulée Windows Live Search Books. Similaire à Google Books tant sur le fond du projet que sur la forme — mais avec un visualiseur de pages beaucoup moins ergonomique — ce service en ligne permet de consulter quelques milliers de livres libres de droit issus de la British Library et des bibliothèques universitaires de Californie (UCLA) et Toronto. Microsoft indique qu'elle a aussi passé des accords de numérisation avec la New York Public Library, la BU de Cornell University et l'American Museum of Veterinary Medicine. Enfin, via Windows Live Book Search Publisher Program (également inspiré de Google Publisher), des livres soumis directement par les éditeurs peuvent être intégrés à la base de données dans le cadre d'un partenariat. La firme de Bill Gates ne révèle pas combien de livres ont été scannés et indexés par ses soins, pas plus que le budget et le calendrier du projet. A terme, ce service actuellement disponible comme simple catégorie dans la base de projets en développement nommée Windows Live, devrait être intégré à MSN Search, le moteur de recherche de Microsoft.

Prudente à la suite des critiques émises contre Google, la multinationale de Redmond a choisi l'opt-in en matière d'autorisation de scan, c'est-à-dire qu'elle ne numérise que les livres libres de droit ou expressément autorisés par les éditeurs. Google a lui choisi l'opt-out, c'est-à-dire qu'il numérise tous les livres trouvés sur les rayons des bibliothèques partenaires, sauf ceux que les éditeurs lui demandent de ne pas intégrer dans la base de données de son moteur de recherche. Pour les livres sous copyright il ne présente pas le contenu aux internautes mais seulement quelques lignes autour des mots-clés recherchés ainsi que des liens vers la maison d'édition et des librairies pour acheter l'ouvrage. Il poursuit actuellement la numérisation des quelque 15 millions de livres qu'il s'est donné pour objectif de mettre en ligne gratuitement sur internet avant 2010. Plusieurs grandes bibliothèques universitaires ou publiques américaines (Harvard, Stanford, du Michigan, du Wisconsin, de Virginie, de Californie, du Congrès, de New York) et européennes (Oxford et Madrid Complutense) se sont ralliées au projet de bibliothèque numérique de Google.

Parmi les autres grandes bibliothèques numériques en travaux, on compte aussi celle d'Amazon, avec son moteur de recherche A9, et celle de l'Open Content Alliance (OCA), consortium qui rassemble autour de Yahoo! une dizaine de partenaires comme entre autres Internet Archive, O'Reilly, Adobe, Hewlett-Packard, et même Microsoft qui a promis de contribuer à la collection à hauteur de 150.000 ouvrages.

Les projets européens de moteur de recherche Quaero et de Bibliothèque Numérique Européenne (BNE), initiés il y a environ deux ans par les anti-Google français emmenés par Jean-Noël Jeanneney, président de la Bibliothèque Nationale de France, sont eux toujours dans les choux.