La Croix
La Croix

La Croix, l'un des rares quotidiens français à voir son lectorat augmenter, adopte cette semaine une nouvelle formule destinée à montrer sa différence.

Rien de révolutionnaire, juste une évolution en douceur, histoire d'affirmer la petite différence du quotidien du groupe Bayard par rapport aux autres généralistes dans le traitement de l'information. C'est-à-dire surtout une attention aux valeurs humaines essentielles et à la dimension spirituelle des événements, une honnêteté journalistique, une offre pédagogique de repères et d'analyses, de la pudeur, du calme et de la douceur dans le traitement de l'actualité plutôt que l'emballement médiatique et le barbouillage du réel caractéristiques de la télé et des autres grands titres de la presse nationale. Les slogans publicitaires utilisés pour la campagne de lancement de la nouvelle formule sont à cet égard éloquents: "Quand l'info ne hurle pas avec les loups, c'est dans La Croix" ou encore "Donnons de la valeur au quotidien".

Concrètement, cela se traduit dans la maquette par une Une mieux hiérarchisée, un logo simplifié, une nouvelle typographie, une mise en page plus aérée et un meilleur ordonnancement des rubriques qui, si elles gardent leur structure classique (France, Monde, Économie, Religion, Culture, etc), gagnent en accessibilité et en lisibilité. La pagination du journal reste inchangée à 28 pages mais deux nouvelles sections ont été créées: l'une, Autrement dit est un ensemble de 4 pages composé de reportages et d'entretiens, l'autre, Droits de suite, est une sorte d'après-coup réflexif sur l'actualité afin que "les événements ne retombent pas dans l'oubli aussitôt consommés", selon la directrice Dominique Quinio. Les habituels cahiers thématiques sont maintenus à l'identique (Économie le lundi, Sciences le mardi, Livres le jeudi, etc) mais celui du week-end, Spiritualité & religion, passe lui de quatre à huit pages dont 2 pages de débats. Enfin une couleur pastel éclairante, entre tilleul et bronze, remplace l'ancienne tonalité bleu et court désormais tout au long des pages pour accompagner le contenu.

Côté internet, le site web de La Croix s'enrichit de contenus multimédias et se décline également sous une nouvelle maquette, plus ergonomique et plus proche de celle de l'édition papier. Les articles du quotidien du lendemain sont proposés en ligne chaque soir dès 23 heures. Deux blogs, l'un de la rédaction en chef et l'autre du correspondant permanent au Vatican (actuellement Isabelle de Gaulmyn), complètent l'édition en ligne.

Au total le relookage du titre, réalisé par l'agence Rampazzo & Associés, a nécessité un investissement de 500.000 euros. L'objectif de cette refonte, selon le directeur adjoint de La Croix Arnauld de La Porte, est de poursuivre la hausse des ventes au numéro en augmentant notamment de 10% les ventes en kiosques.

Pour Bruno Frappat, président du directoire du groupe Bayard, qui croit encore à l'avenir d'une presse quotidienne nationale de qualité et payante, il y a "une crise de l'offre plutôt que de la demande". La Croix est en effet l'un des rares quotidiens français à boucler aujourd'hui des exercices comptables équilibrés. Sa diffusion ne cesse de progresser depuis plusieurs années, les ventes ayant augmenté de 15% depuis 1999 pour atteindre en 2006 plus de 97.000 exemplaires par jour, dont 89.000 par abonnement. Les recettes publicitaires (8% du chiffre d'affaires) se maintiennent, alors qu'elles ont lourdement chuté pour la plupart des autres quotidiens nationaux.