Al Gore
Al Gore

L'Apocalypse est en marche, en grande partie déclenchée par les gaz à effet de serre, principal responsable du réchauffement climatique, et personne ne peut plus désormais rester inerte ou sarcastique devant les phénomènes météorologiques qui touchent la planète entière. Selon les scientifiques il n'a jamais fait aussi chaud sur terre depuis 12.000 ans et il suffit d'encore 2 degrés de réchauffement supplémentaire pour qu'elle se retrouve à son niveau d'il y a 3 millions d'années, lorsque les océans étaient 25 mètres plus haut. Il nous reste à peine une décennie pour éviter aux climats dans lesquels nous vivons un dérèglement d'une ampleur telle qu'elle entraînera inévitablement une série de cyclones dévastateurs, de grandes inondations, d'épidémies meurtrières et de périodes de canicule risquant, entre autres fléaux, d'être fatals à l'humanité.

Un homme, Al Gore, vice-président des Etats-Unis sous Bill Clinton et candidat Démocrate à l'élection présidentielle de 2000 contre George W. Bush, se bat depuis toujours pour dénoncer les désatreuses politiques en matière d'énergies qui ont amené à cet inquiétant état de notre environnement. Il a été l'un des rédacteurs du Protocole de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre, traité ratifié à ce jour par 156 pays mais toujours rejeté par George W. Bush qui l'estime économiquement "contraire aux intérêts des États-Unis". Al Gore pense lui que "nous sommes en situation d'urgence planétaire" et qu'il est plus que temps de prendre conscience des graves conséquences de la pollution de l'atmosphère. Pour lui, "il s'agit du plus grand défi moral auquel est confrontée l'humanité" et il faut se mobiliser d'urgence avant d'atteindre le point de non retour. C'est ce qu'il tente de faire depuis 6 ans en sillonnant les Etats-Unis de ville en ville pour convaincre ses concitoyens à travers des conférences politico-écologistes multimédia. Une vérité qui dérange est né de cette série de conférences prononcées dans le pays le plus pollueur du monde, filmées et montées pour devenir au final un passionnant documentaire signé Davis Guggenheim.

L'homme qui "était le futur le futur président des Etats-Unis" comme il se décrit lui-même, et qui est cyniquement traité d'Ozone man par Bush, s'y met en scène parfois de façon très intimiste, mais toujours avec verve, humour et conviction. Il y expose limpidement ce qui pend au nez de l'humanité, schémas, chiffres, données scientifiques et simulations informatiques terrifiantes à l'appui. Chose rare pour un plaidoyer militant didactique, le film est aussi passionnant que convaincant et il est sans doute capable, par son solide argumentaire scientifique, de réellement faire bouger les choses en matière de politiques d'environnement.

Inconvenient Truth (traduit en français par Une vérité qui dérange) est réalisé par Davis Guggenheim, plus connu jusqu'à présent pour ses séries télévisées (Urgences, Deadwood, Numb3rs, ...). Il a été produit par Participant Productions — maison de production indépendante créée par le fondateur de eBay Jeff Skoll reconverti dans le cinéma engagé avec des films comme entre autres Syriana — avant d'être racheté par les studios Paramount et se voir distribué mondialement par UIP. Il a été plébiscité lors de sa présentation aux derniers Festivals de cinéma de Sundance et de Cannes et il connaît aux Etats-Unis un immense succès depuis sa sortie. Al Gore accompagne lui-même la diffusion du documentaire en suscitant de grands débats publics autour du développement durable, ce que certains de ses adversaires politiques qualifient de pré-campagne en vue de la prochaine élection à la Maison Blanche. Cela semble toutefois porter des fruits puisque de plus en plus d'américains se mobilisent autour de son combat. A l'encontre des positions de l'administration Bush, plusieurs dizaines d'Etats américains, dont la Californie gouvernée par le républicain Arnold Schwarzenegger, et plus de 200 villes dont New York, Los Angeles et Chicago, ont par exemple promulgué leurs propres lois pour essayer de réduire les gaz à effet de serre.

Pour l'écologiste Nicolas Hulot, proche conseiller de Jacques Chirac sur les questions d'environnement, Al Gore est "un renfort inespéré pour achever de convaincre les derniers sceptiques". Quant à Yann Arthus Bertrand, auteur des célèbres clichés de La Terre vue du Ciel, il constate que Une vérité qui dérange est "le premier film catastrophe dont les responsables et les victimes sont dans la salle".