Politis
Politis

En dépôt de bilan depuis le 8 août dernier suite à une déclaration de cessation des paiements, l'hebdomadaire de la gauche antilibérale Politis risque de disparaître du paysage médiatique français. Placé en redressement judiciaire, le journal prévoyait une nouvelle formule de relance dans le cadre d'un plan de reprise ambitieux piloté par Thierry Wilhelm, actionnaire minoritaire déjà présent depuis 8 ans au capital de l'entreprise, mais ce dernier a jeté l'éponge à la veille de l'audience devant le Tribunal de Commerce. Il a annoncé qu'il ne souhaitait "plus intervenir dans Politis pour des raisons personnelles".

L'équipe, réunie au sein de l'association Pour Politis qui vient d'être créée, a décidé de reprendre à son compte le plan de développement élaboré en commun avec l'ex-repreneur, mais elle cherche un financement. Il lui faut trouver de toute urgence 1 million d'euros, selon le directeur de la rédaction Denis Sieffert, "pour une mise en oeuvre pleine et entière de ce plan [qui permettrait] de sortir Politis de l'état de survie dans lequel il est depuis son origine et préserverait son indépendance". En l'état actuel la trésorerie ne permet pas de tenir au delà de fin octobre, et le titre sera probablement mis en liquidation judiciaire dès le mois suivant s'il ne trouve pas les fonds nécessaires. Un appel à contributions a été lancé auprès des lecteurs et sympathisants des réseaux altermondialistes et associatifs de gauche. A la veille d'une échéance électorale importante "il est important que Politis vive pour maintenir la diversité du paysage médiatique en France" plaide Denis Sieffert.

Politis, hebdomadaire généraliste paraissant le jeudi, a été fondé en 1987 par le journaliste Bernard Langlois sur une ligne éditoriale reflétant les positions de la gauche altermondialiste et anti-libérale. Son contenu est essentiellement consacré à l'actualité politique et à des sujets tournant autour des luttes sociales, de l'économie solidaire, de la démocratie participative et de l'écologie politique. Totalement indépendant, il n'est lié à aucun groupe industriel ou de presse. Les actionnaires de l'entreprise sont Le Monde diplomatique (filiale à 51 % du groupe Le Monde) à hauteur de 1% du capital, Thierry Wilhem à hauteur également de 1% et l'Association pour la Défense de la Pluralité de la Presse. Cette dernière, liée à l'organisation Attac, possède 98% du capital. Son délégué, Jean-Pierre Beauvais, directeur général de Politis et par ailleurs membre du Collège des fondateurs et du Conseil d'administration d'Attac, est accusé par la rédaction de rester inerte devant les difficultés du titre. Politis a déjà connu un dépôt de bilan en 1990. Il comptabilise actuellement quelque 10.000 abonnés et 3.000 ventes au numéro pour un chiffre d'affaires de 1,7 million d'euros. Il emploie 11 salariés à temps plein, 3 à temps partiel et 13 pigistes. Ses pertes sont évaluées à environ 15.000 euros par mois.