Amazon
Amazon

Le groupe américain Amazon ouvre un service payant de téléchargement de films et programmmes télé vidéos à la demande (VoD en anglais), juste avant celui d'Apple.

Baptisé Amazon Unbox, il offre plusieurs milliers de films et de séries télé issus des catalogues d'une trentaine de grands studios de production audiovisuelle et cinématographique. Parmi eux, les studios hollywoodiens de la 20th Century Fox, Warner Bros (filiale de Time Warner), Paramount, Sony Pictures Home, Universal Pictures et Metro-Goldwyn-Mayer, ainsi que les studios indépendants Lions Gate Entertainment et Fox Searchlight. Les chaînes de télévision anglo-saxonnes BBC, CBS, MTV, KBS, Comedy Central, Discovery Channel, Adult Swim, Travel Channel, Discovery Kids, E! Entertainment Television, Animal Planet et Fox (filiale de News Corp) apportent également des programmes. A noter l'exception notable de Disney, qui regroupe entre autres Miramax, Touchstone, Walt Disney Pictures, Pixar et la chaîne ABC avec son catalogue de séries à succès comme Lost ou Desperate Housewives, mais cette absence devient plus compréhensible lorsque l'on sait que le principal actionnaire privé de Disney n'est autre que le patron d'Apple, Steve Jobs, qui lancera la semaine prochaine un service de VoD concurrent.

Les vidéos à la carte d'Amazon seront proposées à des prix allant de 7,99 à 14,99 dollars le film et 1,99 dollar l'épisode de série télé. Les films pourront également être loués au tarif de 3,99 dollars. Verrouillés par les DRM Windows Media de Microsoft, les fichiers téléchargés ne pourront pas être gravés sur CD ni recopiés au-delà de deux ordinateurs. Selon la boutique en ligne de Jeff Bezos les films seront mis en vente en même temps que leur sortie en DVD ou dès le lendemain de la diffusion télé pour les séries. La qualité des vidéos, sous encodage codec VC-1 Avanced Profile avec un débit de 2,5 Mbps, sera égale à celle des DVD promet-on.

Le secteur de la video sur demande tend progressiment à remplacer celui des DVD. Aujourd'hui encore marginal sur le Net, il est cependant le plus prometteur en matière de vente de produits culturels pour les prochaines années et pourrait même révolutionner l'industrie du cinéma. La plupart des grands marchands en ligne ont commencé à se livrer d'âpres batailles pour acquérir le maximum de droits sur les catalogues audiovisuels passés et à venir.

La première grande bataille oppose Amazon, numéro deux mondial du commerce en ligne de produits culturels, et Apple, numéro 1 mondial de la vente de musique en ligne. Amazon a l'avantage de disposer d'une énorme base de clients consommateurs de DVD et de quelques liens privilégiés avec Microsoft et les majors du cinéma hollywodien, mais l'entreprise est en perte de vitesse ces derniers mois et il lui faut investir massivement pour mettre en place Unbox. Son modèle économique classique peu dynamique et certaines limitations dans l'offre dont on ne sait si elles sont d'ordre stratégiques ou simplement techniques — il faut par exemple utiliser le système Windows (pour priviligier le futur baladeur Zune de Microsoft ?)-- risquent peu de bousculer le marché.

Apple semble en revanche mieux placé pour conquérir le marché, même si la firme à la pomme se heurte à quelques sociétés de production pour des questions de prix de vente qu'elle souhaiterait à prix unique (9,99 le film ancien et 14,99 dollars la nouveauté). Elle a une croissance forte sur l'ensemble de ses produits et sa capitalisation boursière se maintient à un haut niveau. Surtout la société de Steve Jobs bénéficie du succès planétaire de ses baladeurs numériques, les iPod — dont l'annonce de mise en vente d'une version vidéo multimédia capable de stocker 150 heures de films est imminente — et de sa toute aussi largement implantée boutique de téléchargement en ligne, l'iTunes Music Store, qu'il lui suffit de décliner en iTunes Movies Store. De plus les vidéos achetées sur iTunes pourraient être visionnées en streaming sur les installations Home Cinema via AirPort.

L'iPod vidéo et l'iTunes Movies Store devraient être présentés officiellement mardi 12 septembre lors d'une Conférence à San Francisco (date également d'ouverture du Salon Apple Expo de Paris), en même temps que la nouvelle ligne d'ordinateurs iMac qui tournent désormais tous sur processeurs Core 2 Duo d'Intel.