Arte
Arte

Jérôme Clément, PDG d'Arte, a profité de la rentrée pour présenter tout à la fois la grille de programmes de la prochaine saison, les perspectives de la chaîne en matière de réseaux, et un appel à l'aide à l'Etat français.

Côté programmes, peu de changements, du moins jusqu'en 2007 où sera établie une nouvelle grille. Arte reste ancré pour l'instant sur ses fondamentaux: la Culture, l'Histoire et l'Investigation. La chaîne continue la politique éditoriale qui la caractérise depuis sa naissance, il y a près de 15 ans, et qui ne lui convient pas trop mal puisque qu'elle touche désormais un public très fidèle et très satisfait évalué à 3,5 % de l'audience française.

Au menu des prochains mois donc, des documentaires historiques (Mao, le Procès de Nuremberg, Napoléon III, la Bataille de Trafalgar,..) ou culturels et sociétals (le Musée du Quai Branly, James Ellroy, Walt Disney, les Best-Sellers,...), des films (Le Dernier Caravansérail d'Ariane Mnouchkine, Head on de Faith Akin, Solaris d'Andreï Tarkovski,...), des retransmissions théâtrales et musicales (la tournée de concerts de Placebo, Le boulon de Chostakovitch en direct du Bolchoï,...), des enquêtes (l'infanticide des filles en Inde, le génocide au Rwanda, l'Apocalypse,...). Un nouveau visage arrive à l'écran, celui d'Eglantine Eméyé, qui présentera la nouvelle formule du magazine quotidien Chic. Parmi les évènements à noter, la diffusion, le 30 septembre prochain, d'une émission spéciale intitulée Cosmic Connexion. Produite par Jean-Jacques Beinex, elle tentera d'envoyer des messages décrivant la présence de l'humanité non seulement aux télespectateurs de la chaîne culturelle franco-allemande mais aussi à d'éventuels extra-terrestres. Les signaux de l'émission seront retransmis dans l'espace via une antenne parabolique du Centre National d'Études Spatiales (CNES), histoire sans doute de toucher de nouveaux publics.

Mais c'est surtout du côté des nouvelles technologies et des réseaux de diffusion que s'affirme le dynamisme d'Arte selon Jérôme Clément qui parle désormais d'Arte Global. Pour lui Arte n'est plus "uniquement une chaîne de télévision mais une offre de contenus disponibles sur un ensemble de réseaux". La chaîne de télévision reste encore "la préoccupation principale" mais les programmes sont et seront de plus en plus diffusés via une large palette de nouveaux supports, du réseau hertzien traditionnel au téléphone portable en passant par l'analogique, le numérique, le satellite, le câble, l'internet (www.arte.tv), la web-radio, les podcasts, la VOD (Arte VOD, Vidéo à la demande), les DVD, les livres, etc,... La célèbre émission de géopolitique Le dessous des cartes, par exemple, est non seulement diffusée sur Arte, mais elle aussi disponible en cassettes vidéo, DVD et VOD et son Atlas s'est déjà vendu à plus de 200.000 exemplaires en France. La stratégie d'Arte est de poursuivre ces développements sur tous les supports possibles afin de fournir "une offre élargie de contenus (...) à tous les milieux sociaux et à tous les âges", précise Jérôme Clément. Sur internet notamment, le public trouvera bientôt encore plus de vidéos en téléchargement, que ce soit en émissions d'actualités ou en archives, et plus de services interactifs. S'il reçoit la chaîne en mode numérique, il pourra aussi choisir de suivre les films soit en version originale soit en version française. Arte sera également accessible en intégralité sur les téléphones portables de troisième génération via Arte Mobile. Enfin, la chaîne souhaite se décliner en version Haute Définition (HD) "si possible dès 2008", même si cela coûte 30% plus cher à produire et à diffuser.

Bien entendu, tout cela nécessite des investissements et un budget consistant, et Arte, qui ne diffuse pas de publicité, manque cruellement d'argent. La chaîne ne vit que grâce à la subvention annuelle allouée par l'État au titre de la redevance audiovisuelle française et allemande, soit 350 millions d'euros, dont 200 millions pour Arte France. C'est trop peu et le PDG d'Arte, comme tous les patrons de l'audiovisuel public, a vivement souhaité que l'Etat augmente cette subvention en 2007 afin que la chaîne puisse continuer à se developper et accomplir ses missions.