Rentrée littéraire
Rentrée littéraire

Le magazine professionnel Livres Hebdo a décompté quelque 663 livres de fiction (romans français et étrangers, nouvelles,...) et 745 "non fictions" (essais, documents, biographies,...) à paraître en août, septembre et octobre 2005, soit globalement la même quantité de titres que pour la rentrée littéraire 2004. Parmi eux 96 premiers romans (contre 120 l'année dernière) tenteront leur chance contre les best-sellers programmés de nombre d'auteurs reconnus. 70 essais littéraires (dont pas moins de 4 sur Michel Houellebecq) accompagneront, tels des poissons-pilotes, l'arrivée des écrivains stars dans les médias et les librairies. Fayard sortira 22 nouveautés, Gallimard 21, L'Harmattan 19, Albin Michel 15, Actes Sud 14, Le Seuil 13, Grasset 12, Flammarion 11,... Si le nombre de titres publiés ne varie guère, en revanche les tirages et les mises en place en matière de romans français seront massifs : 250.000 exemplaires seront distribués d'office en librairie pour le très attendu La possibilité d'une île de Michel Houellebecq chez son nouvel éditeur Fayard, 180.000 exemplaires pour Acide sulfurique d'Amélie Nothomb (Albin Michel), 100.000 exemplaires chacun pour le Roman des Jardin d'Alexandre Jardin (Grasset) et Une Fête en larmes de Jean d'Ormesson (Robert Laffont), 70.000 exemplaires pour La petite fille de monsieur Linh de Philippe Claudel (Stock), 50.000 exemplaires pour Cosmos incorporated de Maurice G. Le Dantec (Albin Michel) et Le Cercle de Megiddo de Nathalie Rheims (Léo Scheer), 35.000 exemplaires pour Magnus de Sylvie Germain (Albin Michel) et Fuir de Jean-philippe Toussaint (Minuit), etc... Du côté de la littérature étrangère, où 50% des romans sont anglo-saxons, quelques grandes piles s'élèveront également avec les bouquins de Paul Auster, Salman Rushdie, Yoko Ogawa, Russell Banks, Margaret Atwood, John Updike, V.S Naipaul, Bret Easton Ellis, Arto Paasilinna, Antonio Lobo Antunes, Tom Sharpe, Cynthia Ozik, Ismaïl Kadaré, Paula Fox, Douglas Kennedy, Doris Lessing, Joyce Carol Oates ou J.K. Rowling (le sixième tome de Harry Potter) entre autres. Essais "percutants" (La France qui gagne, Le Livre noir de la psychanalyse,...), documents "d'actualité" (Al-Qaeda,...), biographies "à scandales" (Benoît XVI, Nicolas Sarkozy,...) et autres Bandes dessinées (Astérix,...) ne manqueront pas non plus de participer à cette immense foire nationale du livre.

Plus que "rentrée littéraire", il faudrait en effet parler de "rentrée éditoriale". L'origine de ce phénomène bien français date du succès des premiers prix littéraires au début du XXe siècle, notamment du Prix Goncourt (1903), suivis du Renaudot, du Femina, de l'Interallié, du Médicis, de l'Académie Française, etc. Ces grands prix étant pour la plupart décernés vers fin octobre / début novembre, les éditeurs de l'époque ont tous priviligié le mois de septembre pour sortir l'ensemble de leurs nouveautés littéraires. La tradition perdure.