Jens Ferdinand Willumsen
Jens Ferdinand Willumsen

Peu connu en dehors de son pays d'origine, le Danemark, Jens Ferdinand Willumsen (Copenhague 1863 - Cannes 1958) a pourtant touché avec un certain talent à plusieurs disciplines artistiques: peinture, dessin, gravure, lithographie, graphisme, céramique, sculpture, architecture, photographie,... et on lui doit une oeuvre foisonnante et originale très représentative de l'évolution d'un siècle d'art, du réalisme naturaliste à l'expressionnisme en passant par le symbolisme, sans qu'on puisse toutefois le rattacher totalement à un mouvement. Accessoirement, c'est aussi l'auteur du tableau le plus célèbre de l'école française de Pont-Aven, Deux Bretonnes marchant (1890), reproduit à des millions d'exemplaires sur les couvercles des boîtes de galettes de Pont-Aven.

Avec une trentaine de toiles majeures, autant de photographies, plus une vingtaine d'estampes et de céramiques et cinq sculptures, toutes en provenance directe des musées scandinaves qui lui sont dédiés (notamment celui de sa ville natale de Frederikssund, près de Copenhague), l'exposition du Musée d'Orsay présente tous les aspects de l'oeuvre de Willumsen. Première grande rétrospective en France, elle montre en détail les étapes de son évolution — réaliste dans les années 1880, symbolique la décennie suivante, expressioniste dans les années 1910 — ainsi que l'ensemble des techniques qu'il aborde et des influences qu'il subit, notamment auprès des oeuvres de Raffaëlli, d'Odilon Redon, de Gauguin (qu'il fréquentera lors d'un séjour à Pont-Aven), des Nabis (Vallotton), des expressionistes allemands et du Gréco. Au fil du parcours on peut admirer la force irrésistible de sa peinture aux tons et couleurs parfois totalement saturés et luminescents, entre autres à travers La vie du lavoir (1889) et Jour d'hiver à Montmartre (1889), le paysage de grands lacs norvégiens intitulé Jotunheim (1893), le portrait allégorique de sa seconde épouse, Edith Wessel, dans Une alpiniste (1904, [en illustration sur cette page]) ou encore dans La Soupe du soir (1918), la grande toile de 4 m de long d'Enfants se baignant sur la plage de Skagen (1909) où fusionnent les univers du Nord et du Sud, le soleil "nucléaire" de la Peur de la nature (1916), la sculpture synthèse symbolique de la vie et de l'humanité du Grand Relief (commande officielle danoise, 1923-1928), ou encore ses derniers tableaux éxécutés dans la lumière du midi, L'Enigme du ciel (1930), Autoportrait en blouse de peintre (1933) et Trilogie de Titien mourant (1935-1938). Un brin mégalomane, Willumsen s'est aussi beaucoup représenté lui-même et on le retrouve en d'étonnantes peintures et photographies avant-gardistes et même sur céramique.

Willumsen 1863-1958, Du symbolisme à l'expressionnisme, du 27 juin au 17 septembre au Musée d'Orsay 62 rue de Lille 75007 Paris, Tél. 0140494814, tous les jours sauf lundi de 9h30 à 18h00. Exposition organisée avec le musée d'Ordrupgaard de Copenhague (Danemark).

Catalogue Du symbolisme à l'expressionnisme, Willumsen (1863-1958), un artiste danois par Leila Krogh (Éditions Réunion des Musées Nationaux).