Albert Camus

La Pléiade réédite dans une version "définitive" les Oeuvres complètes d'Albert Camus.

Décédé accidentellement en janvier 1960, à l'âge de 47 ans, alors qu'il était en pleine gloire après avoir reçu le Prix Nobel de littérature 1957, l'écrivain eût l'honneur posthume de voir son oeuvre entrer immédiatement dans la célèbre collection de Gallimard. Deux volumes — Théâtre, récits et nouvelles (1962) et Essais (1965) — furent rapidement publiés sous la direction éditoriale de Roger Quillot, tout le monde s'accordant toutefois pour dire qu'il s'agissait là d'un travail encore incomplet qui nécessiterait d'être achevé dans le futur. C'est le cas aujourd'hui, près d'un demi-siècle après la mort de l'auteur dont on a exhumé entre-temps plusieurs titres inédits comme, entre autres, La mort heureuse (1971) et Le Premier Homme (1994) ainsi qu'une anthologie d'éditoriaux publiés dans le journal Combat entre 1944 et 1947. Plusieurs spécialistes se sont également penchés sur la vie et les textes de l'écrivain-philosophe, faisant progresser la connaissance de son oeuvre.

La nouvelle édition de la Pléiade dirigée par Jacqueline Lévi-Valensi, qui bénéfie de l'aide savante de plusieurs universitaires et de Catherine Camus, la fille de l'auteur, reprend l'ensemble des textes et les réorganise selon les indications fournies par Albert Camus lui-même. Dans une note de ses Carnets datant de 1947 il avait en effet précisé comment il envisageait d'ordonner ses écrits sous forme de "séries" mêlant chacune romans, essais et théâtre sous cinq principaux chapitres chronologico-thématiques: l'Absurde, la Révolte, le Jugement, l'Amour et la Création. Il donnait déjà le plan de la première série qui associait Le mythe de Sisyphe, L'Étranger, Caligula et Le Malentendu, et avait ébauché celui de la seconde qui comprenait notamment La Peste, L'Homme révolté et Les Justes. C'est cette approche voulue par l'auteur qui a été suivie par les éditeurs d'aujourd'hui. Quatre volumes de la Pléiade sont programmés — deux sortent cette semaine (tome 1: 1931-1944 et tome 2: 1944-1948), les deux derniers en 2009, soit environ 6.000 pages au total — offrant ainsi chacun sous cette nouvelle cohérence les écrits majeurs associés aux textes des Carnets (des notes tenues de 1935 jusqu'à sa mort), aux ébauches de romans et aux articles publiés dans Alger républicain ou dans Combat.

Gallimard publie par ailleurs dans la collection des Cahiers de la Nrf un essai de Jacqueline Lévi-Valensi intitulé Albert Camus, ou la naissance d'un romancier ainsi qu'une biographie, Camus, L'homme révolté de l'universitaire Pierre-Louis Rey.

-------

Albert Camus, Oeuvres complètes (La Pléiade / Éditions Gallimard).