José Saramago
José Saramago

Après que le ministre de la justice israélien Yossef Lapid eût lui-même déclaré que les images d'une vieille femme palestinienne cherchant ses médicaments dans les décombres de sa maison détruite par Tsahal (l'armée israélienne) lui rappelait sa grand-mère tuée par les nazis pendant la Shoah, c'est l'écrivain portugais José Saramago qui a comparé Ramallah, en Cisjordanie, au camp d'extermination nazi d'Auschwitz. "Ramallah est l'Auschwitz d'aujourd'hui: à Ramallah j'ai vu l'humanité humiliée et anéantie comme dans les camps de concentration nazis. La responsabilité n'en revient pas au peuple, mais au gouvernement israélien" a déclaré lundi 24 mai le Prix Nobel de Littérature 1998, s'étonnant par ailleurs que la communauté internationale ne soit pas inquiète par le fait qu'Israël dispose en secret de l'arme nucléaire. "On a fait une guerre en Irak pour découvrir de présumées armes de destruction massive. Pourquoi personne ne se préoccupe-t-il pas du fait qu'Israël a la bombe atomique ?"