Éditions Phébus
Éditions Phébus

Jean-Pierre Sicre, 64 ans, est licencié des éditions Phébus, la maison qu'il a fondé en 1976. Dans un communiqué, l'éditeur indique que le groupe Libella, propriétaire des éditions Phébus, a entamé contre lui une procédure de licenciement pour "faute lourde". Il ne précise pas la nature des fautes qui lui sont reprochées mais envisage de porter le différend en justice. Selon quelques personnes proches de lui la "faute grave" relèverait semble-t-il plutôt d'une simple incompatibilité d'humeur entre la présidente de Libella et l'éditeur au sang chaud. Ce dernier, habitué depuis 30 ans à régner en autocrate sur sa maison a peut-être critiqué un peu trop fort et un peu trop publiquement les projets de Libella concernant "sa" maison d'édition dont il a cédé les parts après avoir accumulé des déficits astronomiques au début des années '90. La politique éditoriale de Phébus ne semble pas mise en cause en l'état, Jean-Pierre Sicre confirmant lui-même qu'il avait toute liberté voulue sur ce plan depuis son rachat en septembre 2003. Par ailleurs le petit groupe indépendant Libella (12 millions d'euros de chiffre d'affaires), qui reste à échelle humaine et n'exploite qu'une demi-douzaine de petites mais excellentes maisons d'édition (Buchet-Chastel, Noir sur Blanc, Le Sénevé, Lethielleux, Maren Sell, Le Temps apprivoisé, Phébus,...) sur des critères de qualité littéraire, n'est en rien comparable aux grands groupes industriels et financiers qui ont investi ces dernières années le secteur de l'édition française dans un but uniquement spéculatif.

Une partie des 18 salariés des éditions Phébus s'est mise en grève pour protester contre la décision de Vera Michalsky, PDG de Libella. Ils dénoncent "la violence" de la mise à l'écart de l'éditeur et de sa compagne Jane Sctrick, cofondatrice de la maison, qui doivent partir ensemble à la retraite en octobre prochain.

Les éditions Phébus possèdent un catalogue de 900 titres, composé essentiellement de littérature étrangère, notamment anglo-saxonne. Elles publient 80 nouveautés par an pour un chiffre d'affaires d'un peu plus de 3.000.000 d'euros. Le capital est détenu à 85% par Libella. Le Seuil détient 7% des parts et assure la distribution en librairie via sa filiale Volumen.