Rudolf Steiner
Rudolf Steiner

Philosophe et pédagogue autrichien, Rudolf Steiner naît le 25 février 1861 à Kraljevié (partie de l'empire austro-hongrois, aujourd'hui en Croatie).

Sa famille s'installe à Neudörfl (Autriche). À partir de 1879, il suit des études de philosophie à Vienne, s'intéressant notamment aux pensées d'Emmanuel Kant et de Johann Gottlieb Fichte. La philosophie de la nature de Johann Wolfgang von Goethe a sur lui une grande influence.

En 1884, Rudolf Steiner interrompt ses études. Il devient précepteur des enfants de la famille Specht et publie parallèlement un premier livre consacré à Josef Kürschner. Il fréquente le salon de la poétesse Eugénie delle Grazie et collabore à l'édition complète de ses écrits scientifiques de Goethe dans la grande édition de Weimar. En 1886, il publie Fondements d'une épistémologie de la conception goethéenne du monde, où il analyse les travaux de Goethe et de Schiller.

En 1888, il collabore à l'hebdomadaire allemand Deutsche Wochenschrift. Il donne une conférence sur Goethe, lit Friedrich Nietzsche et fréquente le salon de Marie Lang où il rencontre de nombreux intellectuels, artistes, penseurs et théosophes. En 1891, il soutient une thèse de doctorat en philosophie à l'université de Rostock. Celle-ci est publiée l'année suivante sous le titre: La question fondamentale de la théorie de la connaissance, compte particulièrement tenu de la Doctrine de la Science de Fichte.

En 1894, il publie La Philosophie de la Liberté. Il fait la connaissance de la soeur de Nietzsche, Elisabeth Förster-Nietzsche et publie l'année suivante Nietzsche, un homme en lutte contre son temps. Il s'attèle en outre à 'édition des oeuvres d'Arthur Schopenhauer. En 1897, il publie Goethe et sa conception du Monde, tout en co-dirigeant la rédaction du Magazin für Litteratur. En 1898, il donne un cycle de conférences sur Les Grands courants de la littérature allemande de 1848 à nos jours puis donne des cours à l'Université Populaire de Berlin fondée par le socialiste allemand Wilhelm Liebknecht.

Rudolf Steiner épouse en 1899 Anna Eunike. Il publie successivement L'égoïsme en philosophie (1899), et deux volumes de Conceptions du monde et de la vie au dix-neuvième siècle (1900 et 1901; une version plus développée sera rééditée en 1914). Il s'installe à Berlin et commence à donner des conférences dans les cercles théosophiques portant notamment sur le mysticisme chrétien. En 1902, il adhère à la Société théosophique, dont il devient Secrétaire général pour l'Allemagne. Il rencontre à Londres Annie Besant, présidente de la Société théosophique.

En 1904, Rudolf Steiner publie une série d'articles dans la revue Lucifer-Gnosis, ainsi qu'un petit livre intitulé Théosophie. Il fréquente Franz Kafka, Vassily Kandinsky, Édouard Schuré. Côté vie privée, il se sépare de son épouse pour vivre avec sa principale collaboratrice, Marie von Sivers. Annie Besant le nomme responsable de l'École ésotérique allemande. Sous l'égide des occultistes John Yarker (successeur de Giuseppe Garibaldi) et Théodor Reuss, il intègre l'Ordre maçonnique de Memphis-Misraïm, dont il travaillera à restaurer le rite en créant des loges à Berlin, Cologne, Leipzig, Stuttgart et Munich. Pendant une décennie, il donne de nombreuses conférences dans toute l'Allemagne et au-delà à Paris, Rome, Oslo, Copenhague, Stockholm, Milan, Berne, Prague, etc. En 1910, il publie La Science de l'occulte.

En 1913, après un conflit avec Annie Besant à propos de Krishnamurti, il se détache de la Société théosophique pour élaborer sa propre doctrine. Il fonde la Société théosophique, dont il installe le siège à Dornach (Suisse), dans un centre construit à cette occasion et baptisé le Goetheanum. Le 24 décembre 1914, il épouse officiellement Marie von Sivers. En 1916, il publie Pensées du temps de guerre et La Tâche de la Science de l'Esprit, suivis en 1917 de Les Énigmes de l'Âme. Il continue ses conférences en Allemagne et en Suisse pendant toute la premère guerre mondiale.

En 1919, la première École Waldorf est fondée à Stuttgart; en 1922 la Communauté des Chrétiens; en 1924 la Société Anthroposophique Universelle et l'École libre de la Science de l'Esprit. En 1925, un cycle de conférences devant les agriculteurs consuit à la naissance de la technique de la Bio-dynamie.

Rudolf Steiner dessine les plans du second Goetheanum, termine avec Ita Wegman un ouvrage de médecine anthroposophique et rédige son Autobiographie. Il meurt à Dornach le 30 mars 1925, à l'âge de 64 ans.

L'Anthroposophie.

L'Anthroposophie se distingue de la Théosophie par l'importance majeure attribuée à la Nature et à la destinée de l'Homme. Le fondement de cette doctrine est la distinction dans l'être humain de sept principes, du corps physique au corps spirituel et astral, du moi au moi spirituel, à l'esprit vital et enfin à l'Homme-Esprit. Avec la mort, le corps physique se dissout, tandis que le corps spirituel et astral accompagne le moi dans une période de sommeil profond qui précède son incarnation. Le cycle des renaissances, en entraînant le Cosmos dans sa totalité à travers des milliers d'années d'évolution - dont l'incarnation du Logos dans le Christ et son apparition sur Terre constituent l'évènement central --, est destiné à s'achever par l'universel retour au pur Esprit.

Cette doctrine est transmise aux adeptes à travers un processus d'initiation qui conduit à la perception intérieure des réalités suprasensibles. L'histoire humaine est également interessée par ce processus universel de libération spirituelle, d'où l'importance que Rudolf Steiner attribue aux activités en matière de réformes sociales, mises notamment en pratique dans le cénacle de Dornach.