Alain Resnais

Né le 3 Juin 1922 à Vannes dans le Morbihan, Alain Resnais tourne ses premiers films à 14 ans avec une caméra 8mm. Il est passionné par la photographie, la littérature populaire et surtout la bande dessinée, à laquelle il fera souvent référence plus tard dans son oeuvre, notamment dans Mon oncle d'Amérique. Il s'inscrit au cours Simon à 18 ans et à l'IDHEC à 21 ans. En 1946, il participe au Théâtre aux Armées mais s'estime piètre acteur et n'apparaitra pas dans ses futurs films; à peine le voit-on figurant dans Les Visiteurs du soir. Il devient assistant réalisateur sur Paris 1900 de Nicole Vedrès, succession d'archives et d'extraits de films illustrant la fuite en avant vers le progrès et ses conséquences désastreuses. Viennent ensuite ses premiers courts-métrages : Van Gogh en 1948 et Guernica en 1950. Il faudra attendre son magistral documentaire de 32 minutes sur les camps d'extermination nazis intitulé Nuit et brouillard (1955, Prix Jean Vigo 1956) pour que le public le reconnaisse désormais comme un cinéaste incontournable et un penseur engagé. Hiroshima mon amour, réalisé en 1959 sur un scénario de Marguerite Duras, est son premier long-métrage de fiction. Muriel ou le temps d'un retour (1963, avec Delphine Seyrig, scénario et dialogues de Jean Cayrol), évoquant la torture en Algérie, et plus tard Stavisky (1974, avec Jean-Paul Belmondo, scénario et dialogues de Jorge Semprun), se penchent sur l'Histoire avec un grand H comme matière à images et à dénonciation. L'Année dernière à Marienbad, en 1961, sur un scénario d'Alain Robbe-Grillet, participe des nouvelles théories et recherches sur la narration. Quelques années plus tard, en 1989, le cinéaste Woody Allen s'inspirera de Mon oncle d'Amérique et de cette forme contrapuntique chère à Alain Resnais pour son Crimes et délits. Ce regard sur la forme, Alain Resnais n'aura de cesse d'en alimenter son oeuvre et le 7ème art avec entre autres La Vie est un roman (1983), première comédie musicale où l'on retrouve aussi son amour de la bande dessinée, On connaît la chanson (1997, Prix Louis-Delluc) ou encore le film "à options" Smoking et No smoking (2002). En 2003, Alain Resnais retrouve encore la musique, le théâtre et la chanson avec Pas sur la bouche, d'après une opérette d'André Barde et Maurice Yvain datant de 1925. Mélo (1986) était déjà un hommage au théâtre. Son dernier film, Petites peurs partagées, est inspiré également d'une pièce de théâtre, comme ce fut le cas pour Smoking et No smoking, avec toujours comme d'habitude pour interprètes les fidèles de sa troupe: Sabine Azéma, Lambert Wilson, André Dussollier, Pierre Arditi,...

Marié d'abord à Florence Malraux, la fille d'André Malraux, qui sera son assistante sur six films (de La guerre est finie en 1966 à Mélo en 1986), Alain Resnais a aujourd'hui pour compagne la comédienne Sabine Azéma. Il lui donna en 1983 un rôle difficile dans La vie est un roman, dont elle s'acquitta à merveille.

Auteur à clés, éternel questionné questionneur, cinéaste du destin et des souvenirs, observateur du monde et enchanteur engagé, Alain Resnais fascine et amuse, n'oubliant jamais de lier les grandes questions métaphysiques au spectacle.

Filmographie :

Petites peurs partagées (2005), Pas sur la bouche (2003), On connaît la chanson (1997), Smoking (1992), No Smoking (1992), Contre l'oubli (1991), I want to go home (1989), Mélo (1986), L'Amour à mort (1984), La Vie est un roman (1983), Mon oncle d'Amérique (1980), Providence (1976), Stavisky (1974), L'An 01 (1973), Je t'aime, je t'aime (1968), La Guerre est finie (1966), Muriel ou le Temps d'un retour (1963), L'Annee dernière à Marienbad (1961), Hiroshima mon amour (1959), Le Chant du Styrene (1958), Toute la mémoire du monde (1956), Nuit et brouillard (1955), Les Statues meurent aussi (1953), Guernica (1949), Gauguin (1949), Van Gogh (1948), Malfray (1948), Visite à Hans Hartung (1946), Visite à César Domela (1946), Visite à Lucien Coutaud (1946), Portrait de Christine Boumeester (1946), Portrait d'Henry Goetz (1946).